Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

3- Les économies à faire

 

Au moment où nous recevons nos douloureuses feuilles d’imposition, qui nous rappellent que la France est en faillite selon certains, une sourde révolte gronde dans les malheureux pressurés pour que d’autres continuent à se gaver.

Oui, ces autres, ces nantis.

 

Commençons par notre classe politique :

Trop de sénateurs qui ronflent dans leurs fauteuils, trop de sénateurs nommés sans égard à leurs compétences, mais pour récompenser une vie de député ou de ministre.

 

Des économies ? Ils sont trop bien payés et trop longtemps. Réduisons leurs avantages. À la retraite à 65 ans pour ces braves gens, sénateurs, députés qui s’accrochent à leur poste privilégié comme des arapèdes (photo ci-dessous) à leur rocher.

 

Pourquoi est-ce la France qui possède, comparativement à sa population, le plus grand nombre de ces parasites ? Est-ce normal qu’un seul mandat leur donne droit à une retraite ?

 

Il ferait place à d’autres, plus jeunes, plus vaillants. Avec le chômage que nous connaissons, ce ne serait pas un mal.

 

Pourquoi accepter ainsi que ces fonctionnaires déjà grassement payés soient des cumulards ?

 

Là encore, des jeunes compétents au chômage pourraient largement les remplacer. Ainsi n’aurait-on plus à les dédommager avec le RSA. Donc, ce serait des économies et un bol d’air pour tant de jeunes talents aigris, désabusés, dont certains quittent la France. Pensez à tout cet argent gaspillé que représente la fuite de ces jeunes cerveaux…

 

Car c’est bien la France qui les a formés dans ses écoles, et qui, mère-marâtre les abandonne et les oublie.

 

Et puis, pourquoi continuer à rester le pays le plus attractif pour les immigrés, intra ou extra européens ? C’est un sujet douloureux, car on passe vite pour un monstre en attaquant les droits sociaux. Mais les riches continuent à s’enrichir eu, tandis que la classe moyenne s’appauvrit et doit, seule, supporter toutes les drives de cet état en perdition, bateau sans amarres.

 

Pourquoi indemniser certains chômeurs très largement et plus longuement que dans d’autres pays ? Tous devraient bénéficier, puisqu’ils dépendent de la générosité de l’état, des mêmes ressources, et pour un temps limité.

 

Pourquoi donner toujours plus, au nom de la paix sociale, à des paresseux  invétérés qui se complaisent à ne vivre que de secours aux crochets des autres, véritables sangsues sans honneur ? Et qui comble d’absurdité, finissent par vivre mieux que ceux qui bénéficient d’un SMIC ?

 

Si la France était riche… pourquoi pas, mais elle ne l’est plus !

 

Et enfin, pourquoi la France s’érige-t-elle en gendarme de l’Europe, toujours prête  à s’investir dans différents conflits, alors que les autres ne lèvent même pas le petit doigt !

 

Au nom de la grandeur de la France ? Oui, passée ! La France est un pays moyen qui vit en ce moment au-délà de ses possibilités…

 

Mais qui, avec des réformes courageuses pour éviter le gaspillage, pourrait redevenir un « grand pays »

 

Viviane août 2014

 

 



28/08/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres