Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 6 - 2022 - sujet 4

a6s4.png
Deux personnages, aussi bizarre l’un que l’autre se retrouvent devant une vitrine d’un petit commerce du village.

 

  • Allez, se dit-elle, aujourd’hui c’est le grand jour pour ma sœur - elle se marie. Je ne sais pas bien pourquoi, mais elle a fortement appuyé sur le fait que je devais, en tant que demoiselle d’honneur apparaitre sous mon meilleur jour, et essayer de me fondre dans « la masse » !
  • Oh, pense-t-il, quelle corvée. Je dois faire bonne impression et m’habiller en « pingouin » pour assister au mariage de mon fils ainé Aldebert. Il va épouser une fausse petite bourgeoise coincée et je ne dois pas lui « faire honte ».

 

Et les voilà qui pénètrent ensemble dans la petite boutique dont l’enseigne est intitulée « Mèches en l’hair ». Tout un programme pour nos deux lurons aux mèches longues et tombantes.

Hum ! Il flotte dans cette échoppe un effluve de capuccino et de gâteaux au miel qui vient immanquablement vous chatouiller les narines, comme un « hair » de gourmandise.

Le coupe’tifs s’approche de nos deux individus et, sans faire de « comment’hair » sur leurs coiffures actuelles, leur désigne deux sièges libres devant des lavabos flambant neufs. C’est décidé, le patron se chargera de la chevelure de l’homme et son assistante, Tif-annie, s’occupera de la jeune demoiselle.

L’homme précise tout de go à notre capilliculteur que sa précieuse chevelure doit prioritairement être trempée un certain temps dans de l’eau chaude avant de pouvoir être confiée aux dents d’un peigne.

Et, se tournant vers la jeune fille,  il dit :

 

  • Je pense que pour vous aussi, un bain chaud serait bien approprié pour vos dreadlocks  si vous ne voulez pas souffrir le martyre lors du coiffage.

 

Tif-aine confirme que pour elle aussi, une immersion dans l’eau chaude facilitera le démêlage. 

Bientôt, les deux toisons remplissent la totalité des lavabos, et l’eau menace de se répandre progressivement sur le sol.

 

  • Je me présente, dit l’homme à la jeune demoiselle, je m’appelle Balthazar du Manoir de la Houpette, mais mes amis m’appellent maintenant « toison d’argent ». Dans ma jeunesse, ils m’appelaient « toison d’or ».  Les choses ont bien changé !

 

Tif-aine comprend d’un coup, qu’elle est assise à côté du futur beau-père de sa sœur. Oh la la, quelle situation gênante. Elle n’a pas encore enlevé ses différents piercings et quand vous êtes assise sur un fauteuil inconfortable, avec une serviette autour du cou et la tête coincée en arrière, vous n’êtes pas sous votre meilleur jour, comme dirait sa frangine.

 

  • Moi, c’est Tif-aine. Je suis plutôt mal à l’aise, car je dois reconnaitre que c’est la première fois que je mets les pieds dans un tel établissement. J’ai un peu peur du résultat final.

 

Après une heure et demie de trempage, Tif-aine et Balthazar se retrouvent maintenant côte à côte devant d’immenses miroirs.

Nos deux chevelus se voient offrir un café avec ses petites mignardises pour leur permettre de patienter pendant qu’un travail titanesque s’accomplit derrière eux.

Les deux exp’hair  des ciseaux et du peigne se lancent dans une valse des mèches. Et vas-y que je tire, que je sépare et  que je lisse à tout va ; le tout sans blesser les clients. Nos deux professionnels ont secrètement fait le pari de réussir la plus belle coiffure avec des crinières de ce gabarit, car ce n’est pas tous les jours qu’ils se retrouvent devant un tel challenge.

 

Si comme moi vous êtes curieux de voir l’aboutissement de ce labeur capillaire, vous vous serez caché derrière le tronc du chêne qui trône en face du négoce. Ça y est, ils sortent, là sous nos yeux ébahis nous voyons sortir, une femme élégante dont le chignon ondulé est mis en valeur par quelques fleurs blanches. L’homme qui la suit porte fièrement au niveau de la nuque un catogan noué dans un foulard dont les deux pans tombent de chaque côté. Sa barbe a été taillée en collier qui dégage le bas de ses joues et laisse apparaître ses jolies fossettes.

 

La noce pourra bientôt commencer et je pense, qu’après un passage chez un costumier, nos deux invités seront aussi présentables, sinon plus que les mariés.

 

Fleurs de Mai

 



11/05/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 360 autres membres