Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 1 - 2021 - sujet 2

 a1-s2 2021.jpg

 Je me souviens que j’avais longuement marché pour rejoindre le bord de l’eau, je scrutais l’horizon comme si tu pouvais apparaître tout à coup dans cette barque, je t’aurais vu te lever avec un sourire radieux, je voulais croire que tu t’y cachais.

 

Je me souviens de ces heures à attendre le frissonnement d’une présence. Je restais figée mon ombrelle au bout des doigts.

 

Je me souviens du silence insolent. Pas un souffle d’air, pas un pépiement d’oiseau, pas un bruissement de feuille. La musique de la nature s’était tue.

 a1s2.jpg

Je me souviens que je me suis assise seule sur mon rocher par cet après-midi printanier je rêvais de toi.

Le regard plongé dans cette eau lisse où se baignait le ciel, je t’avais vu la veille.

 

Je me souviens de nos embrassades, des fleurs jetées à mes pieds et de ton regard bleu turquoise.

L’ombre grandissante de ta silhouette au soleil enveloppait la mienne.

 

Je me souviens que nous avions rejoint le village enlacés et que nous nous étions séparés au crépuscule avec la promesse d’un autre rendez-vous.

a1s2b.jpg
 

Je me souviens de ce jour où le vent jouait avec ma robe et mon parapluie…Ombrelle ou parapluie ? je ne sais plus très bien.

 

Je me souviens que j’étais de blanc vêtue, je me sentais légère et joyeuse, je venais vers toi d’un pas dansant.

 

Je me souviens que tu m’avais dit que le jour serait plein de douceur, que tu m’attendrais vers le vieux pont de pierres, que nous prendrions une barque pour aller sur l’ile aux oiseaux et que nous resterions à contempler le Lac jusqu’à l’embrasement du ciel.

 

Je me souviens que je t’ai attendu longtemps, longtemps, longtemps, j’avais perdu mon parapluie ou mon ombrelle ? Je ne sais plus très bien, je baignais mes pieds et l’eau chantait en sautant sur les roches tandis que je pleurais.

 
a1s2.gif

Je me souviens que le nuit est venue, que je me suis endormie, que j’ai rêvé que j’étais assise sur un croissant de lune, que les étoiles scintillaient autour de moi et éclairaient les nuages sous mes pieds.

 

Je me souviens qu’à ce moment tu es apparu comme une fulgurance de la foudre.

a1s2c.jpg

Je me souviens que j’ai senti l’eau froide sur mon corps sans pouvoir bouger, que j’ai préféré me laisser bercer par les clapotis de l’eau, dormir jusqu’à la fin des temps, je ne me souviendrais plus de rien et ce serait bien ainsi.

Clohe



22/01/2021
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 300 autres membres