Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 15 - 2020 - sujet 2

La Fuite.

 

Elle n’a même plus envie d’un baiser, juste d’un peu d’attention, qu’il la salue au moins quand elle pousse la porte.

s3.png

Elle le regarde avec amertume, c’est bien ça, infinie tristesse et rancœur, il est là sur le canapé vautré devant la télé à regarder une imbécilité d’émission de téléréalité alors qu’elle rentre épuisée de longues heures de travail dans ce service de gériatrie qui lui demande tant de forces

 

Mais non il est envouté par ces minables histoires d’amours trompés, de jalousie maladive qui se déroulent sur l’écran, de vengeance meurtrière, de réconciliations, un tissu d’invraisemblances, quoique !  Il y a du vrai parfois.

  s3b.png
                                  

Alors elle pose ses clés, son sac,  sa veste, ses chaussures comme chaque soir, passe dans la salle d’eau, se défatigue sous la douche, et lui reste dans l’ignorance de sa présence.

                                                              

Elle est devenue transparente.

Ce soir elle ne va pas rester.

Elle s’habille joliment, il ne la remarque pas. Lui dit juste « tu ressors ? »

Elle claque la porte sans répondre. Son seul désir est de le fuir. Il ne bouge pas hébété une bière à la main

Il fait nuit. Elle voit filer les nuages dans un halo de lune qui côtoie les étoiles comme une caresse.

s3c.png
                                             

Elle rentre dans un bar, s’assied au fond de la salle, commande un verre d’alcool et se met à pleurer.

A cause de lui, de cette nuit trop douce, du ciel trop beau, des souvenirs d’antan qui se bousculent dans sa tête, de cette vie sans rêves, sans tendresse. Elle n’est attendue de personne.

Quelques heures plus tard, elle se retrouve dans un hôtel minable avec un individu éméché qui ronfle à ses côtés. Elle a mal au cœur. Elle se lève, se passe la tête sous l’eau, en boit au passage, rassemble vite ses affaires, s’habille sans bruit et quitte la pièce sur la pointe des pieds.

s3d.png

Elle a un peu  honte, mais elle est surtout très malheureuse.  Elle ne retournera pas chez elle, ni à l’hôpital. Elle disparaitra sans que personne ne sache comment elle a réussi à ne laisser aucune trace.

 

Le forcené du canapé déposera une main courante au commissariat quelques jours plus tard bien chagriné que son gagne-pain se soit volatilisé…pas plus. 

 

Clohe

 



12/10/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 242 autres membres