Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 16 – 2019 : 2ème sujet (Travail en acrostiche)

 

 

 

Paul Eluard (1895-1952) (Le temps déborde) 1947

Source des larmes dans la nuit masque d’aveugle

Mon passé se dissout, je fais place au silence

 

Boileau (1636-1711) (Satires)

Sans songer où je vais, je me sauve où je puis

 

 feux.jpg

 

Source   d’espoir où

Des larmes   se sont tues

Dans   les abysses de mon cœur.

La nuit   miraculeuse de fête où se mélangent

Masques   de cire et feux d’artifice.

D’aveugle,  l’enthousiasme pousse désormais                                           

Mon  bâton de pèlerin à survoler le  

Passé   où l’isolement

Se dissout  lentement.

Je fais  appel à mes ressources restantes.

Place   privilégiée donc à la solidarité

Au  sein d’un monde agité où le

Silence  des bienheureux se négocie à prix d’or.

 

 

Sans    appréhension, je ne cesse de

Songer   à aborder la plénitude

 trace le sillon de tes pas.

Je vais   ou je viens

Je me sauve   ou je m’attarde, qu’importe donc

Où   je suis puisque désormais

Je puis  te respirer à pleins poumons.

 

 

 

Elfina

Ermitage-sur-Lez

16/07/2019



16/07/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 172 autres membres