Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 16 - 2022 - Sujet 3

Lizzy a16s3.jpg

 

Malouinière de la Ville Bague, St Coulomb (35)

 

Journée du patrimoine 

 

Ils déambulent dans les allées, s’arrêtant ici et là pour observer, admirer, capturer. Du haut de mon tronc imposant je les observe : attirés par la grande demeure au fond du parc, ils sont passés près de moi sans me regarder. En attendant la visite, ils ont arpenté la chapelle puis le pigeonnier, et

ont fini par flâner au milieu des rosiers bien plus chatoyants que moi, grand châtaigner. En ce dimanche ensoleillé, c’est le patrimoine qu’ils sont venus célébrer.


Que puis-je faire pour les attirer ? Moi qui suis là depuis plus de trois cent ans, j’aurais tant de choses à leur raconter ! A commencer par l’armateur qui est arrivé un jour avec ses compères, et a décidé de construire là, face à moi, sa malouinière alors que j’étais à peine sorti de terre.

A la place du vieux manoir qui m’a vu naître, cette résidence secondaire a grandi plus vite que moi et a pris vie chaque été entre les expéditions en mer, se remplissant ainsi de meubles et tentures rapportés de l’autre bout de la Terre. Puis elle a vu arriver un à un les enfants de l’armateur. Des rires et cris de ces garnements qui, se prenant pour des corsaires, recréaient sous mes branches les grandes batailles racontées par leur père, aux fêtes organisées à foison pour la bourgeoisie malouine impressionnée par tant de faste, les étés se suivaient plus vivants que jamais. Puis aux premières lueurs de l’automne, tout le monde s’en retournait intra-muros, et tandis que je perdais mes feuilles et offrais mes châtaignes, la maison sombrait dans un profond sommeil. Les années passèrent ainsi entre éclat et torpeur, jusqu’à la mort de l’armateur.

La maison perdit son âme festive que les descendants tentaient de recréer, en vain. Les propriétaires suivants y vécurent confortablement, allant et venant au fil des saisons, mais cessant peu à peu d’entretenir la maison. Et tandis qu’au fil des siècles je me faisais fort et grand, la jolie malouinière perdait sa splendeur d’antan.
C’est alors qu’ils arrivèrent discrètement mais pleins d’allant. Lui motivé à rénover et remeubler, elle imaginant un parc où il ferait bon se promener. Ils entreprirent des travaux importants, et chinèrent çà et là meubles, vaisselle et décorations. Les champs de choux fleur et pomme de terre qui avaient pris place à mes pieds furent retournés, aplanis et recouverts de pelouse et de belles allées serties d’arbres et de rosiers. Je vis naître près de moi un érable et un bouleau, et tous trois nous reflétions dans le grand bassin qu’elle avait fait installer. Et c’est ainsi qu’ils redonnèrent éclat et splendeur à la maison de l’armateur, pour attirer touristes et visiteurs.


Les voilà qui reviennent, ravis d’avoir découverts les secrets de la malouinière. Le guide leur a tout expliqué, avec un brin d’humour qui les a enchantés. Ils s’en vont maintenant avec en tête pleins d’images d’opulence et festins. Et moi je reste là, attendant le groupe suivant pour revivre avec eux les histoires de ce merveilleux temps.

 

Lizzie



22/10/2022
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 390 autres membres