Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 19 - 2019 - 3ème sujet

un magicien, Mercredi, interpellé par un vent frais et joyeux…

 « Et toi es-tu heureux ? »

a19 clohe.png

 

 

 Le Magicien mercredi, agacé tirait sur ses dreadlocks de ses doigts effilés aux ongles cassés qui s’accrochaient dans ses boucles laineuses bien trop serrées. Il n’avait le temps ni de démêler ses cheveux ni de se limer les ongles, car il devait répondre à de multiples vœux. Notamment, il était harcelé par le génie nain qui n’en finissait pas de gémir sur son sort, car coincé depuis quelques jours dans la lampe d’Aladin. Celle-ci qui éclairait l’entrée de la caverne d’Ali Baba.

 

Le magicien regarda le ciel Azur où seuls quelques oiseaux voletaient. Fatigué des jérémiades des uns et des autres, il se dit :

 

« Je voudrais tant saisir le bonheur ! » (Comme quoi ses pouvoirs magiques s’usaient à moins qu’un mauvais génie ne les cour circuitât)

 

Un petit vent frais et joyeux qui se promenait par-là, ayant fui les nuages gris annonciateurs de pluie pour un coin bien ensoleillé, lui demanda :

 

Et toi, es-tu heureux ?

 

Mercredi tourna la tête à 180° bien face au vent dont il trouvait le souffle insolent et il répondit :

 

« Mais de quoi te mêles tu, étranger ? Occupe-toi d’aller ventiler les citadins qui crèvent sous la canicule au lieu de batifoler bêtement. Comme si j’avais du temps à perdre à me triturer les méninges…je t’en pose des questions moi ! »

« Non, mais je vois ton air renfrogné et le peu de soin que tu t’accordes et ne t’en déplaise, je répète « et toi es-tu heureux ? »

 

« Hou le lourdingue ! Tu me déranges dans mon planning, j’ai perdu le fil de ce que j’ai à faire, et tu me bassines avec ton « et toi es-tu heureux ? va souffler plus loin et tâche de bien rafraîchir les petits vieux en surchauffe »

 

Mercredi bouillonnait de l’intérieur et fort irrité maugréa :

« et toi es-tu heureux, pfft ! Il fallait y penser à celle-là ! J’ai bien le droit de souhaiter saisir le bonheur si j’ai un coup de pompe sans autre commentaire et sans me justifier. Bon, je vais aller m’occuper de ce maudit génie nain pour commencer »

 

Voilà donc Mercredi ses dreadlocks cliquetant d’éclats de verre et de coquillages parti en trottinette solaire vers la caverne d’Ali Baba pour sortir le génie nain de sa geôle.

Il freina brusquement et faillit passer par-dessus un roc glacé aux dents acérées, mais son réflexe de magicien l’emporta il fit fondre la glace et aplanit les aspérités en un claquement de langue.

 

Il arriva en douceur devant la porte en bois ignifugée et bardée de griffes métalliques.

La lampe d’Aladin se balançait au bout d’un crochet, sous l’agitation du Génie Nain, prête à exploser quand, juste à temps, Mercredi d’un autre claquement de langue la volatilisa en poussière et recueillit dans sa large paume le mini génie, toussant et haletant, mais sain et sauf.

 

« Merci mon Mercredi ! Tu m’as sauvé la vie ! Te voir enfin ! C’est que du Bonheur, et toi es-tu heureux ? »

 

« Ah non, » s’écria Mercredi, « qu’est-ce que vous avez tous aujourd’hui avec ce « et toi es-tu heureux ? File au gré du vent et ne reparais pas de sitôt ! »

 

Sans demander son reste le Génie Nain prit le premier courant d’air venu pour s’éclipser à tire d’aile.

 

Mercredi s’assit sur un nuage épais, moelleux, pour relire sa liste des vœux à accomplir, peu motivé.

 

Il se sentait tout chose, vaseux. Il commença à se ronger les ongles, signe de son entrée en réflexion et à tirer nerveusement sur ses dreadlocks. « Et toi es-tu heureux ? » se répétait-il…  C’est quoi ce « truc ». Magicien je suis, je réponds à ma charge de travail, je n’arrête pas de faire des miracles, autrement plus utiles que l’autre qui marchait sur l’eau, transformait l’eau en vin et j’en passe…il lui en a fallu des discours et du temps pour y arriver. Moi, c’est instantané. Coté Boulot, je suis au top, même si je m’énerve parfois contre ces assistés…

 

Heureux ! Je dois l’être heureux de mon sort puisque c’est moi qui décide de réaliser ou pas les souhaits des uns et des autres, et je suis seul maître à bord. C’est vrai que parfois, je me dis que je changerai bien de métier, de galaxie, et de tout…ras le bol de la magie.

 

Quoi alors ?

 

J’ai entendu une fois la Fée Elphélides dire :

 

« Être heureux c’est un assemblage de petits bonheurs à donner et à prendre »  

« Lesquels ?», on ne sait pas, elle te laisse sans rien expliquer, c’est une intello, elle ne développe que si on lui demande, ceci dit, elle est charmante et ça ne coute rien d’aller la voir sinon un petit bijou pour monter sur son bateau ailé, mais ça je sais faire. »

 

Pendant ce temps le vent frais et joyeux qui avait calmé sa colère revint vers Mercredi pour le pousser dans le bon sens vers Elphélides, sans se faire remarquer à petits coups de brise légère, car bien que sûr de tout contrôler, Mercredi avait des failles dans ses pouvoirs.

a19 - 2019 - sujet 3.png

 

Arrivé à destination Mercredi sauta sur le bateau ailé et se tordit une cheville, il fit sursauter la Fée qui tricotait des fils d’étoile pour une tenue de fête. Elle souriait de ses dents cristallines et ses yeux mauves au parfum de violettes fixèrent Mercredi avec une grande douceur.

 

Elle l’aida à s’asseoir, massa longuement sa cheville, lui offrit un nectar lunaire et lui demanda :

 

« Quel est l’objet de ta visite ? »

 

Et bien Elphélides, je te pose une question : « et toi es-tu heureuse »

 

« Oui dit-elle, car mon cœur est en accord avec ma chair et mon esprit, je fais ce qui est bienfaisant pour moi et les autres, c’est une œuvre journalière, je t’initierai si tu veux »

 

A ces mots Mercredi fit la moue tout en ayant envie de sourire et d’acquiescer. Que cet état  mitigé était inconfortable !

 

Elphélides remarqua son aire mi-figue mi-raisin et s’approcha de lui :

 

« Ecoute mercredi, tu t’es tordu la cheville, je t’ai massé pour te soulager mais tu aurais pu t’en sortir seul vu tes pouvoirs or, tu t’en es remis à mes mains pourquoi ? »

 

« Parce que j’aime leurs caresses et la tendresse que tu mets dans tes gestes, tes yeux diaphanes m’apaisent. Certes, tu sembles heureuse toi ! Et ta lumière inonde les cœurs qui te fréquentent.

 

Il eût une révélation :

 

« En fait, je crois que je boite de l’intérieur. Je suis un technicien de la magie, mais il manque la vibration du cœur, je l’ai perdue. Je continue sans conviction comme une habitude accrochée à mes talons, mes pouvoirs ne me satisfont plus, ils sont mécaniques et sans âme. Enseigne-moi ta sagesse, guide-moi sur le chemin des sentiments, j’aimerais, avec toi, faire briller l’étincelle d’Amour chez tous ceux qui en manquent »

 

Elphelides émue aux larmes lui prit les mains et lui dit :

 

« Ami je t’accueille, nous prendrons le temps qu’il faut pour guérir ta boiterie de cœur, commençons par nous connaître mieux, nous raconter nos peines, nos joies, ouvrons-nous en confiance l’un à l’autre et quand nos sentiments se seront épousés, nous pourrons ensemble verser le baume d’amour chez les affamés de cœur. Commencerais-tu par défaire les nœuds de tes cheveux en signe de libération ?»

 

« Oui ! » dit Mercredi « et je promets de ne plus me ronger les ongles »

 

Ils partirent dans un éclat de rire qui résonne encore comme un chant joyeux porté par le vent frais, effilochant la tristesse et l’indifférence.

 

A quelques temps de là, Elphelides et Mercredi décidèrent de faire du rire un petit bonheur à offrir, eux qui s’esclaffaient journellement pour un rien. Elphelides confectionnait des guirlandes de rire avec les gouttes de pluie, lesquelles tombant sur les visages des enfants meurtris transformaient leurs larmes en petits soleils, chaufferettes pour leurs cœurs tremblants.

 

Mercredi s’associa avec un Magicien devenu Messie qui arpentait les mondes pour lutter contre les calamités de toutes sortes. Il distribuait des colliers de sourire plein d’amour en parts égales aux femmes, aux hommes, aux animaux quand l’adversité les avaient privés de tout espoir et ainsi la force de lutter se ravivait et ils s’unissaient pour mieux retrouver des instants de bonheur.

 

 a19-2019-3esujet.jpg

 Clohe

   

                       



30/10/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres