Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 2 - 2019

 

Sujet n°1 – Ronde de mots

 

Virée au clair de lune 

916864.jpg

Au cours de conduite de motoneige que je suivais depuis de longues semaines avec d’autre élèves, notre moniteur, un peu fantasque il faut le dire, entreprit de nous faire la description des multiples actions nécessaires pour réaliser une course de deux roues au clair de lune.

Déjà, ne pas se laisser gagner par la froidure des températures hivernales et enfiler de vieux gants mi-laine mi-cuir trouvés dans des vide-greniers des environs. Ensuite, fixer un gyrophare à l’arrière du bolide pour se sentir comme un super-policier en mission. Souvent, cet accessoire donne des ailes pour débiter les kilomètres sans faillir.

 

Par contre, attention aux virages mal négociés qui envoient le pauvre pilote écervelé droit dans un champ où des igloos ont été élevés par des gamins bâtisseurs. On en arrive alors à un écheveau de tôle froissée et d’amas de neige qui signale la fin du voyage !

 

Sujet n° 2 — Tautogramme en O

 

Ordres Opaques

o.jpg

« Oups ! Oubli Ordinateur », Objecte Oscar, Outré !

D’Ordinaire, Organisation Obsédante, Obsessionnelle,

Obnubilé Obstinément par les Objectifs à Observer.

Or, en Octobre, Occupé par l’Odyssée des Orthodontistes

Et des Ophtalmologistes Obsédés par les Organes Offerts,

Omet Ouvertement cet Objet Ordinaire Omniscient.

Oscar, Opérateur Opiniâtre dont l’Optimisme Ondule

Au gré des Ordres Obtenus, Octroie son Opinion :

« Oublier ses Outils Outrage l’Ombrageux Olibrius,

Il Opère Ouvertement, Osant Outrepasser l’Oppression ».

 

Sujet n° 3 — Texte d’après photo de Tommy Ingberg

 

Âmes duelles

démons atelier 2.jpg

Seul dans la tempête, loin de tout, il cherche un refuge

Ne croise qu’un arbre décharné, aux branches offertes

Il ne réfléchit pas, se laisse accrocher doucement

Puis s’élève dans les airs, planant presque, c’est irréel.

Les bras anguleux et pourtant si forts sur lui se referment

L’homme baisse la tête, de la honte sans doute ?

Il sait que son heure est arrivée, le nuage le lui a dit.

L’étreinte au début légère s’accentue, l’emprisonne

Il ferme les yeux et s’enracine dans cet univers parallèle.

Il n’est déjà plus là.

 

© Ouvrez les Guillemets 63 – 27.01.19

 

 



29/01/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 163 autres membres