Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 20 - 2019 - Sujet 5

 

Points de vue    :                              

a20s5.jpg

 Une personne dit : Un atelier d’Ecriture, mais tu n’y penses pas ! Je ne sais pas écrire ! Je fais des fautes d’orthographe, de grammaire, je n’ai pas envie d’entendre des critiques, ça m’a suffi à l’Ecole !

 

J’ai assez d’émotions dans la vie, inévitables, et pas agréables, pas envie de chercher à me faire encore du mal ! Tu connais pourtant mon histoire de cancre relégué au fond de la classe ?  Et tu me présentes ça comme si c’était immédiatement possible pour moi de changer d’avis… mais jamais ce ne le sera.  Ton enthousiasme est bien sympathique, mais pour moi écrire c’est comme soulever une montagne. Je me referme de suite dès qu’il faut aligner quatre lignes. Je préfère te prévenir que malgré ta bonne intention, cette action ne fera jamais partie de mes occupations.

 

Une autre répond : Un atelier d’Ecriture ! Quelle aubaine ! Je ne crains pas les critiques et j’aime explorer les émotions en racontant une histoire. Immédiatement, j’ai adhéré à sa proposition avec un  enthousiasme non dissimulé.

 

 

Il ne faut pas croire que c’est une montagne à gravir de coucher des mots sur le papier.  Faire à sa façon et à son rythme  sans se refermer sur des à priori, prévenir le stress en se disant que l’on ne joue pas sa vie, et se mettre en action ! Hauts les cœurs   !

a20s5b.jpg

Claudine

                                               

 

Les lettres  :

a20s5c.jpg

Elle  regarde cette belle écriture aux  pleins et déliés délicatement tracés à la plume d’oie, encre violette et parfumée sur l’enveloppe.

 

Ces derniers temps, les phases critiques de sa maladie de cœur, des essoufflements, des palpitations et des langueurs inexplicables se sont multipliés.

 

Submergée par des  émotions émodroliscentes, elle sort son mouchoir à l’odeur de rose musquée et respire le papier avec ivresse, elle attend, pour lire la missive, que son cœur se calme, des larmes perlent sur ses joues de nacre. Et si une belle  histoire d’amour venait la guérir  enfin ?

 

Immédiatement mue par un enthousiasme déroutant, elle se jette  dans un espoir fou. Serait-ce ce noble chevalier qui l’avait si courtoisement saluée hier dans les jardins du manoir. Le sol jonché de feuilles rougeoyantes répondait au soir flamboyant, le soleil s’évanouissait derrière la montagne, présageait-il un embrasement des cœurs ?

 

Elle a envie de refermer ses  doigts sur le parchemin fragile, entendre bruisser les mots, avant de les découvrir… comment prévenir  le vertige qui s’empare d’elle ? Aucune action, ni s’asseoir, ni bouger ne soulage son malaise… elle a peur de briser un rêve en ouvrant l’enveloppe… alors elle la range dans le tiroir de sa coiffeuse avec toutes les autres serrées dans un ruban doré.

 

Claudine

 

FMI des mots : Emodroliscence =  Sentiment mêlé de tristesse et joie



10/11/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres