Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 21 - 2022 - sujet 1

 

Atelier 21 : « Bribes d’Histoires sous la pluie » inspirées par les images.

 

Image 1

1.jpg

Automne versicolore qui coule des arbres s’étale sur le pavé, se projette sur les murs, se pose en petites touches sur mon parapluie et mon vêtement, et je marche me laissant envahir par la beauté et l’harmonie de ces couleurs flamboyantes qui se refroidissent à peine dans les bleutés.

 

Image 2

2.jpg

Devant moi s’ouvre une rue baignée de lumières douces et festives, le soir s’annonce, quelques passants se pressent sur les trottoirs encore luisants des averses récentes.

 

Image 3

3.jpg

Je me souviens tout à coup de mes promenades dans le grand parc à l’automne doré. J’ai toujours aimé la pluie surtout quand les feuilles mouillées flottent légèrement dans les flaques et qu’un imperceptible mouvement les anime…elles respirent…

 

Image 4

4.jpg

Je me souviens aussi de ce jour où dans cette ville battue par des trombes d’eau, où seuls l’éclairage intérieur des boutiques et les phares de véhicules jetaient un peu de clarté, j’avais vu ce couple comme sorti d’un rêve danser magnifiquement un tango comme s’ils vivaient follement  le dernier jour de leur amour… Allaient-ils s’évanouirent dans l’ombre ?

Images 5 et 6

5.jpg
6.jpg

Je me souviens les avoir imaginé chacun, seul, bras levés comme dans une incantation pour se retrouver indifférents à la pluie encore mordante juste traversée de rayons  lunaires argentés échappés par magie des nuages.

Image 7

7.jpg

Je me souviens en d’autres temps marcher sous mon parapluie dans un paysage aux tons pastel et voir devant moi un couple à la marche conquérante comme s’il volait vers un avenir joyeux poussé par le vent.

Image 8

8.jpg

Je me souviens aussi de ce jour gris bleuté avec quelques touches « rose violine », de ces silhouettes esquissées dans le lointain et de ces deux personnes, fille ? Garçon, je ne sais plus, qui bravaient le rideau de pluie vers un je ne sais où… je les imaginais pressées de rejoindre un lieu chaleureux comme  un petit café cosy mais qui sait ? Elles allaient peut être vers de hautes tours froides et lisses de banlieues disgracieuses…

Image 9

9.jpg

Je me souviens aussi de cette femme au grand sac bleu sous une lanterne vêtue plutôt chaudement, mais sans rien pour s’abriter qui attendait quelqu’un que je ne connaitrai jamais. Je me souviens aussi de ces femmes aux couleurs complémentaires dont les parapluies jouaient la gaité sous les averses…

Image 10

10.jpg

Je me souviens enfin de cette fille adossée à un arbre qui semblait bien chagrine et pour laquelle j’ai écrit un poème bien sombre d’amour perdu…

Voilà ce qui traverse ma mémoire en ce jour,  je revois quelques  tableaux racontant  des bribes de vie réelles ou imaginées,  je  les mets en mots sur la page blanche de mon écritoire,  mais peut être aurais-je pu écrire tout à fait autre chose...

 

Clohe

 



30/12/2022
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 405 autres membres