Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 3 - 2022 - sujet 3

 

La rockeuse de Harengs.

 A3S3.png

Rockette, ma meilleure amie est connue pour être la batteuse incontournable du célèbre groupe de rock de Plounéour-Trez les Harengs‘s rock. Ce cœur d’artichaut invétéré s’est encore entiché d’un beau mousse bien fringant en escale au port de Brest. Jeter son dévolu sur de jeunes marins est l’une de ses occupations addictives…A chaque nouvelle conquête, elle tatoue au fusain sur sa peau blanche et laiteuse de rousse, le nom de son dernier joli cœur.

 

  • Plutôt canner s’écrit-elle, que de laisser s’échapper les délicieux moments que je partage avec ces joyeux moussaillons même s’ils fleurent plus souvent la marée que l’eau de Cologne !

 

Elle en a déjà déniaisé une jolie brochette constituant un score dont elle n’est pas peu fière…

Rockette, ses généreux appâts bien en évidence, aguiche sans vergogne ses futures « victimes » en allant picoler jusqu’à plus soif dans les bistrots plus ou moins bien famés du port.

Pourquoi changer ? Son bonheur tient en ces deux mots : la musique et l’amour.

Elle sait bien que les outrages du temps lui interdiront un jour cette chasse si jouissive. Alors tant que sa séduction sera efficace elle continuera à sillonner les « rades » plutôt douteux de la côte.

Elle ne se départit jamais de sa superbe tenue brillante et argentée moulant son corps de rêve mais qui la fait aussi ressembler aux pommes de terre toutes chaudes sortant du barbecue dans leur enveloppe de papier d’aluminium. Il faut dire que toute chaude et bonne à déguster, elle l’est la belle rockeuse !

Sa tenue n’est pas un hasard. Véritable fan de Paco Rabanne et de ses modèles métalliques, elle a dû revoir et corriger son look inox en fonction de ses maigres moyens, mais ça marche et c’est bien là le principal.

Le succès ne lui faisant pas défaut dans sa tenue de spationaute, loin d’elle l’idée de mettre un terme à ses tournées ravageuses et lucratives dans l’immédiat.

 

Puis, ce qui devait arriver arriva. Ayant bourlingué plus que de raison, vint le temps ou les petits mousses la délaissèrent pour des sardines plus fraiches mais tout aussi argentées.

Rockette qui ne manquait ni de raison ni d’ambition, devint alors la tenancière d’un coquet petit hôtel, le « sans-gêne » sis discrètement derrière les docks.

En ce lieu de plaisirs débridés, à défaut de consommer la jeunesse marine, l’ancienne rockeuse ayant délaissé son groupe, continue à la dévorer des yeux en conseillant judicieusement ses « clients » et se rappelant ses folles années ou aucun ne lui résistait.

 

Quant à moi, j’ai un peu perdu mon amie de vue et opté pour une voie moins lucrative certes, mais surtout moins risquée.

 Je visite maintenant les vieux marins dans leur maison de retraite. Ils ne sentent plus la marée…mais je crois que je préférais encore l’odeur des harengs…

Souvent, alors que l’un d’entre eux évoque l’heureux temps de sa jeunesse et que je fais allusion à la belle rockeuse de ses premiers émois, une étincelle malicieuse surgit dans son regard nostalgique et un sourire de jeune marin illumine son visage raviné et riche d’une rude et belle existence.

 

KIKA.12.02.2022.



23/02/2022
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 376 autres membres