Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 7 - 2020 - sujet 2

a7s2.jpg

 

NGC 6960

 

À l’aube d’une nouvelle mission vers la Nébuleuse du balai de sorcière, Irina se dit qu’il est peut-être illusoire de chercher à 1400 années-lumière de la Terre ce qui se trouve, elle en est certaine, sous les yeux du plus grand nombre. Elle essaie de faire preuve de patience envers le spatiochef du vaisseau Calibri One, mais celui-ci n’en démord pas  :

 

  • Aux prémices de l’histoire écrite de l’Humanité, l’univers a vu la naissance d’une nouvelle lumière qui s’est malheureusement mise à pâlir après quelques semaines. Cette lumière, on le sait dans notre triptyque Deltaïde Gamma Zéro de la troisième ère, était une Supernova, étoile tellement vulnérable qu’elle a explosé. Mais dans la constellation du Cygne où elle est en plansiphaire léviante, il existe des zones habitables. Ou tout au moins des espaciels où il serait possible de monter une station orbitale d’observation. Le balai de sorcière est stable. L’ensemble de nos accessoires tridimensionnels distancés nous l’ont montré.

 

  • Une partie de votre argumentaire est avéré chef Darcissio. Mais la recherche arquolifienne spatiocantique n’en est qu’à ses débuts. Il nous manque encore tellement de données. N’est-il pas prématuré d’envisager ce voyage substellaire ?

 

  • Si je devais écouter tout ce cortège de pseudo scientificologues alarmistes et frileux, vous y compris ma chère Seconde de cabine, nous ne tenterions jamais rien. Je vous demande donc de vous tenir prête comme prévu, et de commencer de passer en revue la check-list des points de contrôle du vaisseau.

 

Irina se renfrogna, car elle n’appréciait pas les libertés de langage et de ton de son supérieur, mais curieusement, elle n’aurait jamais pensé en faire le rapport à la cellule de vérification des relations hiérarchiques, car elle savait deux choses  : d’une part, il ne prenait jamais aucune décision qui puisse mettre en danger l’équipage et le vaisseau ; d’autre part, cet homme avait un don de visionnaire hors du commun, et « voyait » bien souvent ce que d’autres n’auraient même pas entraperçus dans leurs rêves les plus fous.

En d’autres temps, à l’ère de la mortalité, la spatiochef Darcissio avait exercé comme ingénieur aéronautique, et avait participé à la conception d’un aéronef mythique, le Concorde. Combien de fois lui avait-il relaté cette aventure humaine et technologique ô combien fantastique ?!! Alors, pourquoi ne pas le suivre dans cette nouvelle quête, à la fois poétique et scientifique ?

 

© Ouvrez les Guillemets - 06/05/2020

a7s2concorde.jpg

 

Je vous invite à découvrir le blog de Claire :     ICI



07/05/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres