Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier 7 - 2020 - Sujets 2 et 6

sujet  2 :

Petite histoire fantastique au château

 IMG_4072.PNG

Le duc et la duchesse avaient invité dans leur château du Val Rieur les nobles de la région pour fêter la naissance de leur petite Bérengère. Une table avait été dressée en plein air pour les agapes.

Un long cortège s’était formé : commençant dans la plaine, il traversait le pont-levis pour déboucher dans la cour. Les invités durent faire preuve de patience tellement il y avait de monde.

 

Curieusement, lorsqu’une grande femme toute de noir vêtue apparue dans la file, les convives rebroussèrent vivement leur chemin. Ils pensaient passer un bon moment mais c’était illusoire.

La personne en question était la sorcière Mordrane. Elle avait la réputation d’envoûter les plus vulnérables et d’annihiler leurs volontés afin qu’ils obéissent à ses désirs. Elle possédait un accessoire maléfique : une baguette avec à son bout une petite fourche qui terrifiait les gens.

 

Elle se présenta aux parents en jetant un rapide coup d’œil malveillant au berceau et leur dit : « soit vous me donnez de l’or ou des bijoux soit j’emporte l’enfant. Je ferai son éducation et elle deviendra ma servante ».

Sans hésitation, la duchesse donna ordre à un serviteur d’aller rechercher sa cassette de joyaux dans la chambre.

 

Le couple et les serviteurs étaient prostrés. Mordrane prit le couffin et la boîte, mais comme elle s’apprêtait à partir, la salle fut soudainement envahie de nuées, une sorte de brouillard. Et là, tout à coup Mordrane fut comme pétrifiée. Sa sœur Angélique apparut. Celle-ci dit aux parents « ne vous inquiétez pas, je suis envoyée par la marraine fée de Bérengère pour la protéger ».

Je vais repartir avec ma sœur, elle ne vous causera plus de soucis. Nous étions devenues ennemies en raison d’un héritage mais nous allons faire la paix et la concorde régnera désormais dans le pays.

 

Sujet 6 :

Portrait d'Adeline

 PORTRAIT.PNG

La jeune fille possède un visage doux et harmonieux. Elle porte une belle robe ornée d’une rose ainsi que des bijoux. Son maquillage est soigné : tous les atouts de la séduction féminine.

 

On pourrait penser qu’elle va se rendre au bal. Pourtant elle est assise à une table, la tête soutenue par sa main gauche. Aucune excitation dans ses yeux, aucune joie. Plutôt de la mélancolie, peut-être de la tristesse.

 

Sa posture rappelle celle de la statue du penseur de Rodin. Mais le corps de celui-ci est courbé comme s’il portait toute la misère du monde sur son dos, ce qui n’est pas le cas pour Adeline

 

Quel est le problème de la jeune fille ? On peut imaginer beaucoup de choses : peut être a-t-elle reçue une mauvaise nouvelle ? A-t-elle été déçue par une amie, ou par son fiancé ...

 

La vie renferme beaucoup de difficultés et d’épreuves mais il faut pourtant coûte que coûte poursuivre son chemin et comme l’écrivait le philosophe Alain «le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté.Tout homme qui se laisse aller est triste ».

 

Iris



16/04/2020
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres