Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 7 - 2024 - Sujet 5

 

 

BIMINI FOR EVER

 a7s5.jpg

C’est le voyage de la dernière chance, Abigail en a conscience... Dans le plus grand secret elle a concocté un séjour de rêve aux Bahamas et plus précisément sur la petit île de Bimini. Quand Nolan a été mis devant le fait accompli, il a refusé tout net, il est débordé de travail, son passeport est périmé, de plus c’est la saison cyclonique. Abigail a tenu bon, a contrecarré toute ses objections mais ce qui a fini par le convaincre ce sont les spots de plongée et la compétition internationale de surf avec les plus grands sportifs mondiaux.

 

Abigail vient de fêter ses quarante ans, elle n’est plus la jeune fille sportive et dynamique que Nolan a connue. L’ovale de son visage s’affaisse légèrement, des ridules apparaissent aux commissures des lèvres, ses seins ne sont plus aussi fermes et malgré les séances de sport son corps change inexorablement.

 

Depuis quelque temps, Nolan rentre de plus en plus tard et les séminaires sont de plus en plus rapprochés. Elle connaît trop bien ce que cela signifie, ce n’est pas la première fois que cela se produit. Au début, ses aventures extraconjugales, lui brisaient le cœur, elle a appris à maîtriser sa douleur d’autant plus qu’il lui revenait plus doux et tendre. À défaut de lui être fidèle, il l’aime à sa manière et elle, elle n’acceptera jamais de le quitter c’est son oxygène, sa drogue. 

 

Cette fois c’est différent, cette liaison dure depuis des mois. Il s’absente de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps. Il a quitté ses costumes trois pièces pour des tenues plus décontractées. Son attitude aussi a changé, il reste enfermé dans son bureau des heures durant au téléphone ou sur son PC… voilà le pourquoi des dix jours à Bimini !

 

Le séjour s’annonce difficile, à peine arrivé il s’isole sur la terrasse avec son portable pendant qu’Abigail défait les bagages. Le soir, au restaurant, ils n’échangent pas trois mots, lui toujours les yeux rivés sur son écran. Elle, infiniment triste, regarde les vagues s’échouer sur la grève. Même le coucher de soleil lui crève le cœur. À quoi s’attendait-elle au juste !

 a7s5b.jpg

Le lendemain matin, Abigail est seule dans le lit, sur la table basse, un petit mot griffonné à la hâte : « Ne m’attends pas pour déjeuner, je suis parti, pour une journée à la pêche au gros, Nolan »

 

Après son petit-déjeuner, Abigail traîne dans le hall, s’arrête devant le présentoir où sont exposés les prospectus vantant les sites à découvrir sur l’île. Elle est immédiatement attirée par ceux des plus beaux spots de plongée que sont Bimini Stones et Healing Hole. Ne pouvant faire un choix, elle s’inscrit aux deux. De toute manière ce voyage n’aura pas l’effet escompté alors autant remplir ses journées !

 

Sur le quai, le chef de palanquée rassemble ses ouailles et direction Bimini Stones. La plongée est facile, spectaculaire autant pour la chaussée de pierre que la découverte de la faune, la flore et  avec un peu de chance la famille de dauphins sera au rendez-vous.

 

Pendant plusieurs jours Nolan joue au chat et à la souris, Abigibail ne le voit pratiquement jamais alors elle continue ses plongées. Elle a sympathisé avec le moniteur, il lui a promis de l’amener sur le spot de Healing Hole même si elle n’a pas tout à fait le niveau requis.

 a7s5c.jpg

Le temps est idéal, la mer est d’huile. En se penchant, on peut voir sous quatre mètres de fond les gorgones qui ondulent et les petits poissons de corail. Toute la palanquée est à l’eau, en file indienne ils suivent le chef, ils s’engagent dans une immense grotte sous-marine, c’est une explosion de couleurs, de formes. Sans trop savoir comment, Abigail se trouve à la traîne. Après quelques minutes d’exploration, la grotte se divise en deux couloirs. Perdue, elle ne sait pas quelle direction a pris le groupe. Sans panique, elle se dirige à droite.

 

Elle avance doucement, prenant garde de ne pas soulever le sable du plancher. Petit à petit l’eau se trouble, la visibilité diminue, un fort courant l’attire toujours plus loin et soudain elle est prise dans un puissant tourbillon. Elle a l’impression d’être dans le tambour d’une machine à laver, elle se cogne aux parois de la grotte, se déchire les mains et les jambes aux aspérités des roches. Brusquement elle est éjectée, les eaux redeviennent plus calmes, une lumière blanche apparaît au bout de la caverne elle émerge en plein soleil, sur un « sec », dans cinquante centimètres d’eau.

 

« Mais enfin où étais-tu donc passée ! Tu m’a fait une de ces frayeurs !  Tu as conscience de la responsabilité que j’ai ? »

«  Désolée,  je vous ai perdus de vue et j’ai pris le couloir de droite »

« De droite ? aïe !  Il faut qu’on parle tous les deux ! »

 

La nuit d’Abigail est perturbée. Elle se sent nauséeuse, prise de démangeaisons sur le visage et sur tout le corps. Ses rêves sont agités, elle vit son passage dans la « machine à laver » encore et encore au point d’en avoir des vertiges. C’est une sensation horrible. Au matin, elle décide de se reposer dans sa chambre, les stores fermés et la clim à fond.

 

Au matin, bizarrement, elle se retrouve en pleine forme et prête à courir un marathon. Elle prend sa douche et s’apprête à se maquiller. Machinalement elle se regarde dans la glace. Elle est surprise, son visage est reposé, son teint est lumineux, les ridules au coin des yeux sont devenus presque invisibles, la « griffe du lion » a disparu, ses lèvres sont repulpées.

 

« Ce n’est pas possible, c’est le miroir du conte de Blanche-neige ! »

 

Elle prend son miroir de poche et se scrute de très près. Non, elle ne rêve pas, elle a rajeuni d’au moins dix ans. Elle va vers celui de la penderie pour inspecter la moindre partie de son corps et là idem, ses seins pointent joyeusement, son petit bedon fait place à un ventre plat, ses mains sont redevenues souples et sans tâches. 

 

« C’est une surprise incroyable, l’œuvre d’une magicienne !  Un bain de jouvence ! … Ne t’emballe pas trop ! Les miracles, ça n’existe pas ! Attends de voir !

                                                                     

Au petit-déjeuner, elle croise par hasard Nolan pendu à son téléphone comme d’habitude. Il la regarde d’un drôle d’air, il se retourne surpris sur son passage. Elle lui sourit, et, d’un air ingénu, détache ses cheveux avec désinvolture...

 

Elle aperçoit Aron, le moniteur... Elle lui fait un petit geste amical et l’invite à partager son repas matinal.

 

« Hier, je t’attendais pour la plongée, je voulais t’emmener sur l’épave du SS Sapona. »

« Je n’étais pas trop bien... Si tu as un peu de temps, je voudrais te raconter ce qui m’est arrivé quand j’étais dans le boyau.»

« Moi-aussi j’ai quelque chose à te raconter, c’est lié à ta petite expérience : sur l’île, depuis le XVI siècle, une légende relate que le moine espagnol Juan Ponce de Léon a découvert la fontaine de jouvence. Elle procure la jeunesse éternelle. Elle se révèle à ceux et celles qui ont un cœur pur. D’après la légende, elle serait cachée au fond d’une grotte envahie par les eaux et elle ne serait visible que quelques jours dans l’année. Il semblerait que tu aies décroché le jackpot, félicitations !  Toujours décidée à voir l’épave ? »

 

Le soir, au souper, Nolan lui fait l’honneur d’être présent. Pour une fois, le téléphone a été relégué dans une de ses poches. Abigail entend le vibreur régulièrement et voit Nolan supprimer les appels d’un discret jeu de cuisses. C’est un véritable moulin à paroles, il raconte en détails toutes les activités auxquelles il a participé pendant ces dix jours. S’il ne lui a pas proposé de les faire ensemble c’est parce qu’il a pensé que ça ne l’intéresserait pas. Il le regrette profondément. Il espère qu’ils passeront la dernière journée ensemble comme deux amoureux. Tout en débitant son monologue, il la dévisage, lui tripote les mains, frôle ses seins.  À la longue, ça devient insupportable.

 a7s5d.png

« Chou, je suis désolée, pour mon dernier jour, je me suis inscrite à la plongée. À quarante mails de Bimini, on va descendre jusqu’à l’épave d’un vieux galion espagnol... D’après Aron, c’est féerique... Ne m’attends pas pour souper, nous partons aux aurores et nous rentrerons tard. Avec les autres plongeurs nous avons décidé de faire un pique-nique à la belle étoile sur un îlot désert.

 

Abigail n’a jamais vu Nolan dans cet état, il est vert de rage. Sa chose lui file entre les doigts, elle s’émancipe. Quant à elle, elle est surprise de son audace, elle éprouve un bien-être extraordinaire.

C’est décidé, en rentrant à Philadelphie, elle prendra contact avec un avocat pour entamer une procédure de divorce, Nolan pourra ou non épouser sa lolita. (Elle va vite comprendre comment il fonctionne, je lui souhaite bien du courage). 

 

Si la légende dit vrai, la fontaine de jouvence n’agit pas seulement sur le corps mais aussi sur l’esprit. Abigail se dit que même si les effets ne sont que temporaires ce qui est pris n’est plus à prendre !

 

                                                                                                                      MJ SENESCHAL

                                                                                                                      Durban le 19 avril 2024



11/05/2024
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 466 autres membres