Atelier du 10/03/2015 - Atelier d'écriture gratuit

Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier du 10/03/2015

Il était une fois au pays des fleurs, une jeune maman qu’on appelait Lily, qui s’était égarée dans la forêt des roses. Pendant trois longues journées, elle erra en vain, cherchant à retrouver sa route.

Tout avait commencé alors qu’elle suivait un joli faon roux qui semblait, lui aussi perdu.

Le deuxième jour de son errance, elle rencontra une colombe qui était prisonnière d’un fil de pêche qui l’empêchait de repartir. Lorsqu’elle vit arriver la jeune Lily, elle l’appela à son aide.

 

 Oh gente dame de la forêt des roses m’aideras-tu à me sortir de ce vilain fil de pêche qui m’entrave la patte ?

Bien sûr, ma jeune amie, ne bouge plus !

 

Avec précaution, la jeune femme libère la jolie colombe et celle-ci peut enfin reprendre son vol.

 

-          Merci à toi, si je peux, à mon tour, te rendre service, je le ferai avec plaisir. Il me semble que tu es bien loin de chez toi.

-          En effet, je me suis égarée dans cette forêt. J’aimerais beaucoup retrouver mon mari et mon petit garçon qui doivent s’inquiéter à présent. Déjà deux longs jours que je marche sans arriver à retrouver ma maison. Plus j’avance et moins je me repère.

-          Écoute-moi attentivement. Puisque tu m’as évité une mort lente, je vais t’indiquer le bon chemin pour rentrer chez toi. Tu vas suivre ce sentier jusqu’à ce que la nuit tombe. Tu verras alors deux chemins. À ta gauche, il y aura une femme fleur. Quoi qu’elle te dise, ne l’écoute pas, car c’est une enchanteresse qui a déjà perdu beaucoup d’âmes dans ces bois.

-          D’accord, mais lorsque j’arriverai près d’elle, quelle direction me faudra-t-il prendre ?

-          Sur ta droite, tu trouveras une cagette de bois vide. Il te faudra la remplir de roses de couleur jaune et orange et uniquement de ces deux couleurs. Puis une fois ta cagette remplie, tu la déposeras au pied de la femme fleur, sans lui dire un seul mot et surtout sans lui répondre. N’oublie pas cet avertissement, sinon tu seras en grand danger.

-          Merci jolie colombe.

 

Après avoir remercié la colombe et l’avoir vu s’envoler loin d’elle, Lily reprend sa route. Elle a très faim, soif aussi, rien à grignoter sur sa route, ce ne sont que des roses. Toutes plus belles les unes que les autres, mais immangeables. Elle en est à son troisième jour d’errance et voilà que le soleil se couche. Enfin, pense-t-elle, j’arrive au but. Soudain, elle entend une voix cristalline qui l’appelle.

conte10032015.jpg
 

-Ouh ! ouh ! Lily ! Viens me voir, ma chère Lily !

 

Arrivée près de la jolie voix, Lily découvre un grand tournesol et jaillissant du cœur de la fleur, un joli visage féminin lui sourit.

 

-          Bonjour, Lily, c’est gentil de me rendre visite.

-          Bonjour madame ! Je suis navrée de vous décevoir, mais j’ignorais que vous fûtes ici. Je cherche à retrouver mon chemin pour rentrer chez moi. Je suis épuisée, déjà trois jours que je tourne en rond.

-          Ah et bien, je vais t’aider à repartir chez toi. Prends sur ma gauche et demain tu seras près des tiens.

-          Merci, madame la fleur.

-          Appelle-moi Tournesoleilla, c’est mon nom.

-          Alors adieu Tournesoleilla !

-          Au revoir ma jeune amie.

 

Tandis que la fleur a fermé ses jolis yeux, Lily est partie ramasser la cagette en bois qui était bien à droite comme le lui avait dit la colombe. Bien que le soleil se soit couché, la lune éclaire suffisamment les roses pour que notre jeune amie puisse choisir les jaunes et les oranges. En à peine une heure, la cagette est pleine. Doucement, elle retourne près de Tournesoleilla et dépose son offrande à ses pieds. Celle-ci ouvre grands ses yeux courroucés.

 

-          Es-tu donc si stupide que tu confonds gauche et droite ? Et pourquoi tant de cruauté ? Tu as détruit toutes ces roses en devenir avec barbarie. Ne diras-tu donc rien pour te défendre ?

 

Bien qu’elle en meure d’envie, Lily songe aux paroles de la colombe et résiste à la colère qui s’est emparée d’elle. Elle se remémore les mots de l’oiseau « si tu réponds tu seras en grand danger ». Alors pour ne pas craquer, elle ferme ses yeux.

 

Soudain, une lueur intense éclaire son visage, puis une chaleur  bienfaisante caresse son visage, ses bras nus et réchauffe tout son corps épuisé.

 

-          Maman !

 

Son fils vient de lui sauter dans les bras et son mari arrive vers elle en souriant. Plus de forêt de rose, elle est à nouveau dans le parc où elle jouait avec eux trois jours plus tôt.

 

-          Où diable étais-tu passée ? Ça fait une demi-heure que nous te cherchons partout. On commençait à s’inquiéter.

-          Une demi-heure ! Moi cela fait trois jours que je tourne en rond, tu ne croiras jamais ce qui m’est arrivée.

-          Mais qu’est-ce que tu racontes ? Tiens bois un peu d’eau, tu as l’air épuisée. Tu te sens bien ?

-          Mais enfin, tu ne m’écoutes pas, je te dis que j’ai marché trois jours. J’ai le ventre vide, je suis totalement déshydratée. Et cette horrible fleur…

 

Son mari l’interrompt d’un baiser. Voyant les visages incrédules de son mari et de son fils Lily comprend qu’elle a dû faire un curieux saut dans le temps. Elle leur racontera tout cela un peu plus tard, car pour le moment, ils la croient victime d’une insolation. Et puis elle a bien trop soif et faim pour discuter longuement et tenter de les convaincre.

 

À cet instant précis, la jolie colombe passe au-dessus d’elle.

 

-          Ah ! Je vois que tu as retrouvé ta route.

-          Oui, et je t’en remercie infiniment.

-          Merci à toi, tu m’as sauvé la vie. Adieu mon amie !

-          Adieu, jolie colombe, et encore merci !

-          Voilà que tu parles aux oiseaux à présent ! s’étonne son mari de plus en plus inquiet.

-          Non mon chéri, je me disais simplement qu’on peut toujours avoir besoin d’un plus petit que soi dans la vie.

-          Ça, c’est bien vrai, ma maman d’amour ! s’exclame son petit garçon en sautant à nouveau dans ses bras.

-          T’as besoin de moi, ça, c’est sûr !

-          Oui mon trésor, maman a besoin de toi.

 



12/03/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 123 autres membres