Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

l'atelier du 25/11/2014

1. Sujet libre

Écrire en vingt minutes une histoire, un conte ou une poésie sur le thème que vous voulez.

 

Sept ans, petit brun méditerranéen, Jules-Edmond tient bien fermement la poussette où siège son petit frère, conduite par leur maman.

À peine arrivé sur le carreau des Halles, il tombe en pâmoison sur le carreau. C'est aussitôt l'affolement général dans cette foule pagnolesque et de poissonnières « à la Dubout »

« Le "pôvre" petit »

« Mais écartez-vous que vous allez nous l'étouffer »

« Vite du Ricqlès »

« C'est l'odeur, il n'a pas supporté »

 

 

 je.jpg

Ses yeux se rouvrent sur le noir d'un tablier étoilé d'écailles de poissons, qui maintient « tan mal qué bien » une gorge généreuse. Ce n'est pas sa mère qui est  penchée sur lui.

Jules-Edmond croque le sucre mouillé d'alcool de menthe. Son horizon s'élargit au rythme où le spiritueux dilate ses vaisseaux. Il retrouve le sourire de sa mère. Et, la vie reprend son fil, jusqu'au moment du repas.

La maman a cuisiné le poisson frais du matin. À peine ingéré, son corps s'écaille de boutons urticants. Il devient plus écarlate qu'un rouget !

 

Le verdict du bon Docteur tombe : poisson égal POISON.

 

L'ennemi est tout désigné. Sus au poisson ! Telle sera sa quête : aller au-devant de ce danger, voire le provoquer pour dénicher ce pourquoi qui le grattouille  au fond de lui. Il ne le sait pas encore, c'est la quête d'une vie qui s'amorce. Son inconscient va la lui dicter.

Refusant l'aide médicale et l'appui de l'allergologie naissante, il veut vaincre seul.

 

 

Goûter des espèces sans goût. Études de biologie marine. Embarquement sur chalutiers. Manipulation de la Bête. Sans cesse à la recherche du pourquoi. Vaines tentatives. Cette allergie et l'interdit doctoral de manger des produits de la mer le poursuivent.

 

Cependant, chaque médaille a son revers. Cette intolérance lui évitera de subir la théorie de vaccins imposés lors du service militaire. Pas de quarantaine. Soixante-douze heures de permission en Normandie, au mariage d'un ami. Et bien d'autres péripéties encore

 

Et puis, la même année.

Sous la houlette de son nouvel ami, le breton Charles-Henri, il essaie coquillages et crustacés. Hummm ! Quels petits bonheurs !

L'introduction sous-cutanée du vaccin de la fièvre jaune l'affranchit, lui donne une probable réponse scientifique : les albumines.

Enfin beaucoup plus tard, l'explication psycho-somatique possible. Il s'en contentera, sans pour autant cesser d'éviter le poison.

 

 

2. Logorallye

Incertitude, joyeux, tasse, dégringoler, tiroir, poireau, violon.

 

L'incertitude le gagne. De joyeux, soudain, le voilà tout tristounet. Madame Irma. Ses prédictions, lues au fond d'une tasse, l'ont fait dégringoler du nuage où il a l'habitude de s'asseoir et rêver.

Mais quelle mouche l'a donc piqué pour venir devant ce tiroir-caisse faire le poireau ?

Astrologie, tarots, tables qui tournent, radiesthésie, toutes ces non-sciences le titillent. Pour aller où, il ne sait ? Drôle de violon d'Ingres.

 

 

3. Mémorable instant

 

Écrire un poème qui parle de mémorables instants

 

Il est sonné

Le damoiseau

En pâmoison, tombé

Sur le carreau

 

Pagnolade sur le marché

« le pôvre pitchounet »

La maman affolée

L'exhorte à s'éveiller.

 

Le noir d'un tablier

D'écailles étoilées

Maintient une gorge épanchée,

Vite de l'alcool mentholé.

 

C'est dans ses yeux d'enfant

Que gîte désormais

Ce mémorable instant

D'éveil érotisé.

 

Jacques-Edouard 25/11/2014



30/11/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres