Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Les survivantes de Lalie Walker

Anne Boher, la très sérieuse et réputée légiste de la morgue de l’hôpital de Strasbourg, est harcelée et acculée, au bord du gouffre. Lettres anonymes et poupées ensanglantées déposées à son domicile sont sur le point de la rendre folle… Qui lui en veut ? Pour quelles raisons ? Serait-ce lié à sa volonté de demander l’exhumation des corps des victimes du fou de Blauelsand, affaire pourtant brillamment résolue, grâce à elle, deux ans plus tôt ? Y a-t-il un rapport avec le dossier 242 ? La maladie de sa mère ?
Son amie Laure Bellanger, psychologue, et Franck Albertini, un ancien flic tourmenté, tentent de voler à son se cours. De son côté, Enzo Marquèz, l’assistant de la légiste, cherche ce mystérieux dossier dans les labyrinthiques archives de l’hôpital, un lieu sur lequel courent d’étranges rumeurs parlant d’expériences médicales…
En toile de fond, la canicule sévit, la capitale alsacienne connaît un été effroyable. L’hôpital est débordé, les décès se multiplient, la morgue est saturée. Les citoyens volontaires, militants d’un ordre nouveau, veillent tandis que dans l’atmosphère saturée de la ville, jaillis de nulle part, retentissent les grands airs de
La Traviata.

 

 

Un livre coupé en deux parties.

D'abord, c'est un embarquement immédiat pour la folie, avec pour bagages des rêves à faire frémir, une ambiance de peur telle que vous avez envie de rester à quai. Frissons garantis… Noyés dans un maelström psychomachinchose pas nécessairement à la portée du commun des lecteurs. On s'y perd un peu.

La seconde partie est plus polar. L'auteure y sème les cadavres à tour de bras … comme si elle ne pouvait aller au bout de ses personnages. De plus certains pans de l'histoire ne trouvent pas de solutions, à moins qu'elles n'aient été résolues dans l'épisode précédent …. et c'est une gène que de prendre une histoire en route.

Par ailleurs, cet ouvrage nous parle aussi de ce refus de la mort porté par nos mentalités occidentales qui poussent les cerveaux les plus brillants aux confins de la barbarie. Sauvagerie qui marche avec ses corollaires que son la quête du non-vieillissement voire de l'immortalité. Quel orgueil ! Inévitablement le fric permet à certains de s'offrir la panoplie complète des nazillons. La conquête du pouvoir absolu …. Une histoire freaks ?



02/06/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 113 autres membres