Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 11 - 2021 - sujet 3

a11s3.jpg

 

Le tableau

 

Pierre la soixantaine, une petite barbe toujours bien soignée a consacré sa vie à la peinture à l’huile. Pas de famille mais un compagnon Blacky, le fox terrier. Son plaisir : contempler ses œuvres assis dans un fauteuil douillet. Il chérit ses tableaux : ce sont ses enfants ... De la terrasse du mas,  il aperçoit la Méditerranée, une de ses muses.

 

Son ami Antoine, peintre également s’est installé à l’hôtel « Bon repos » à côté du Cours Mirabeau à Aix-en-Provence afin de montrer ses œuvres à des galeries. Il en a profité pour rendre visite à Pierre.

 

Pierre a créé dans le salon des cloisons sur lesquelles sont accrochées ses toiles : la période Marine, la période collines varoises...

 

Ce jour de mai 2017, il admire la série Baie des Anges : quatre toiles peintes  d’après des croquis réalisés l’année dernière à Nice. Il est content de lui. Il s’approche des toiles et réalise qu’il en manque une ! « Ce n’est pas possible, lui si ordonné n’a pu la ranger ailleurs ! ».

Les toiles non achevées reposent sur des chevalets dans l’atelier. Il va jeter un œil et bien sûr « la Baie des Anges n º 4 » n’y est pas !

 

Assis sous la tonnelle du jardin, il réfléchit. L’eau de la fontaine qui coule dans la vasque l’apaise.

 

Qu’est-ce qui se passe ? Ou peut bien se trouver ce foutu tableau ? Il est assez distrait et il lui arrive d’oublier où il range ses papiers, mais ses toiles NON : impensable ! Personne ne possède les clefs de chez lui. Jeanne fait le ménage une fois par semaine en sa présence et il n’a pas constaté d’effraction.

 

Et si Antoine avait dérobé le tableau ? Il est venu chez lui la semaine dernière. Pierre avait préparé le déjeuner dans la cuisine le laissant dans le salon. Il aurait pu profiter de son absence pour s’emparer du tableau. C’est pas possible : si on ne peut pas faire confiance à un ami de 20 ans !

 

Cette nuit-là, Pierre fait des cauchemars : il rêve qu’un cambrioleur s’empare de ses toiles.  Tôt  le  lendemain, il part en voiture en direction d’Aix.

 

Le réceptionniste de l’hôtel Bon repos étant absent il ne lui a pas été difficile  de s’emparer de la clef de la chambre 14.

 

Furieux, il ouvre l’armoire et éjecte les affaires. Il retourne les tiroirs de la commode et les jette par terre. Antoine entre dans la chambre au moment où Pierre est agenouillé devant le lit.

 

 

  • Qu’est-ce que tu fais ?
  • Je cherche le tableau que m’as volé.
  • Je suis désolé mais je ne l’ai pas volé, simplement emprunté, je voulais l’observer de plus près.
  • Tu aurais pu me demander.
  • Je te connais, tu ne veux pas que l’on touche à tes œuvres. Je pensais passer chez toi demain et remettre le tableau à sa place.
  • Tiens le voilà ! Antoine saisit le tableau posé derrière la tête du lit et le tend à  son ami.
  • Observe-le bien maintenant dit Pierre, car c’est la dernière fois que tu verras mes toiles !

 

Le réceptionniste pénètre dans la chambre. Consterné  par le capharnaüm il demande ce qu’il se passe. En remettant les tiroirs en place, il  constate un dégât sur le sol.

 

Antoine dit : contactez un réparateur et vous m’enverrez la facture.

 

Antoine s’excuse  plusieurs fois et implore Pierre pour qu’ils restent amis.

 

  • On verra !  dit Pierre. Il part avec son tableau sous le bras.

 

Iris



17/06/2021
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 314 autres membres