Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 16 - 2022 - sujet 3

IMG_20221025_095705.jpg

  

Dans un petit village au Nord de la Suède, vivait autrefois Antilopia, une jeune fille aux pieds très agiles.


Elle courait plus vite que le vent pendant des heures sans jamais s’essouffler. Tous les jeunes gens l’admiraient de loin, mais chaque fois que l’un d’entre eux osait la courtiser, elle partait comme une flèche et disparaissait dans la forêt. Nul n’avait jamais réussi à la rattraper.


Mais un jour, un jeune homme venu d’ailleurs, arriva à l’auberge du village, il s’appelait Jack, mais on le
connaissait mieux sous le sobriquet de « la flèche savoyarde ». Il venait d’une contrée montagnarde et se déplaçait uniquement à travers bois. Les villageois disaient de lui qu’il était né avec des fusées sous ses chaussures ! Aussi, quand il aperçut la jeune fille, il prit la décision de lui faire la cour, malgré les avertissements des gens du village.

Patiemment, il commença par étudier son comportement et à calculer son itinéraire afin de trouver son point faible. Lorsqu’il eut rassemblé assez de renseignements. Il passa à l’attaque. Il s’était muni d’une lampe torche très puissante, de quelques victuailles et d’un bouquet de fleurs. Il s’approcha de cette beauté que tous les jeunes convoitaient et se fit bien remarquer par elle.

IMG_20221025_100058.jpg

Aussitôt, elle prit la fuite sur les chemins tortueux de la forêt. Jack, se souvenant de la fable « du Lièvre
et de la Tortue » que son grand-père lui avait fait apprendre par cœur, se rendit tranquillement au sommet de la montagne et s’assit sur une souche d’arbre en attendant, et en jouant de la flûte.


La jeune fille, arriva tout essoufflée, deux heures après lui. Elle s’était perdue en cette nuit de « lune sombre » ou « lune noire » ou, comme les gens l’appellent de nos jours une éclipse de lune. Ainsi la belle, ayant perdu ses repères avait tourné en rond dans la forêt avant de s’aventurer en direction de
la montagne.

Elle apprécia grandement le réconfort culinaire de notre montagnard et fut charmée par le beau bouquet de fleurs et le morceau de musique qu’il joua rien que pour elle.

 

Ainsi se confirme la morale de la fable du « Lièvre et de la tortue » qui conclut que RIEN NE SERT DE COURIR, IL FAUT PARTIR A POINT !

 

Fleurs de Mai



25/10/2022
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 390 autres membres