Maridan-Gyres

Maridan-Gyres

Atelier 4 – 2021 - sujet 1

 

 A4s1.png

Le verdict était tombé froid, glacial : «Leucémie – Transfert demain midi à l'hôpital H de Saint Cloud».

 

Le lendemain, ma petite valise et moi partions dans un carrosse sirènes hurlantes pour mon nouveau royaume.

Après un dédale de couloirs et ascenseurs, une charmante infirmière m'accompagna dans mes appartements princiers. Désorientée, perdue, je pris possession des lieux et m'avachis sur le lit.

 

Un homme fit bientôt irruption dans ma chambre, une petite cinquantaine me regarda par-dessus ses grosses lunettes et me désigna une liasse de papiers :

 

«Professeur Tournesol, c'est moi qui m'occuperais de vous. Vous avez le choix entre le protocole1...

Je voyais ses lèvres bougées, entendait vaguement un son mais sans plus,

 

«mince, sur quelle planète suis-je ? Dans quelle langue me parle-t-il ?»

 

Pendant ce temps-là, professeur Tournesol continuait sur sa lancée en reprenant à peine son souffle

 

« Pour le protocole 2...blabla... merci de faire votre choix et de signer rapidement le document.»

Poliment j'acquiesçais mais mes neurones étaient au point zéro.

 

Un second personnage du même acabit (sans les lunettes) prit la suite, vint me triturer et me parla dans une langue aussi inconnue.

 

Soudain une jeune femme brune d'allure sportive tapa doucement à la porte et me trouva prostrée sur mon lit,

 

« Allons, allons...» elle s'installa à côté de moi et me caressa doucement le genou. Premier contact humain depuis mon arrivée. Elle commença à me parler :

 

« Vous êtes jeune, cette maladie se soigne. Nous allons nous battre ensemble et nous allons gagner.

Mes sens revinrent d'un coup.

 

GAGNER, voilà un mot magique ! Un mot qui a du sens.

 

Je venais de rencontrer ma porteuse de lumière.

Pendant 9 mois je ne la vis pas souvent mais dès que le moral baissait ou qu'il se passait quelque chose de négatif, elle revenait me booster, tançant les infirmières quand les choses n'allaient pas, s'inquiétant à la troisième chimio en me voyant apathique, me trouvant un vélo...

Grâce à ma porteuse de lumière, j'ai vu le bout du couloir,

 

Matile



20/03/2021
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 290 autres membres