Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Atelier du 19/08 texte d'après collage

fred (1).jpg

Elle a suivi le vol du papillon. Orange, c’est sans doute ce qui l’a conduit à prendre la même route que lui. Elle adore cette couleur chaude comme un coucher de soleil, gouteux comme le fruit qui inonde la bouche d’un liquide acidulé propice à l’été. Et puis, sur son chemin elle s’est retrouvée près d’un lac. Il faisait si chaud que l’envie de se baigner a été trop forte. Alors elle a tout laissé derrière elle, ses préjugés, tabous et compagnie. Elle a jeté ses vêtements derrière un arbre et a plongé dans l’eau avec gourmandise.

La caresse rafraichissante qu’elle a reçu alors, lui a donné l’illusion du bonheur. Si c’était si simple. Comme la vie pourrait être belle. Elle a jeté un regard rapide tout autour d’elle. Personne ! Elle était seule au monde. Faisant fi de toutes les conventions, elle s’est posé nue sur le tronc d’un arbre couché. Elle a fait corps avec lui, ressentant en son ventre le poids des années passées.

 

Elle s’est endormie et son esprit est parti vagabonder au gré de ses souvenirs réels ou inventés. La voilà à présent dans la chambre bleue chez sa grand-mère Esther. La douceur de la joue, l’odeur de moisi de la chambre, le vol des papillons, oranges eux aussi, comme c’est beau et doux ce souvenir. La légèreté de n’être qu’un enfant dans ses bras chaleureux. Seul souvenir heureux d’une enfance malmenée. Son rêve se termine et repart vers cette journée de printemps où pour la première fois elle s’était présentée à ses futurs beaux-parents. La bêtise de ces gens qui dégouline comme un cancer. Le racisme qui suinte, la vulgarité d’âme à défaut de mots. Elle avait pensé qu’on peut être peu instruit, c’est parfois les aléas de la vie qui ne vous donnent pas toutes les chances au départ. Mais lorsqu’il n’existe pas de cœur et aucune envie de se cultiver. Peut-on encore parler de manque de chance. Lui, il avait cherché à en sortir, il avait beaucoup lu, s’était posé les bonnes questions. Il avait ce regard de bête traquée. Elle avait lu en lui les blessures enfouies. Alors timidement, elle avait tendu une main dont il s’était saisi. Ils n’avaient plus jamais été seuls.

 

Son rêve la renvoie encore plus loin. A ce restaurant en Algérie, où le maître d’hôtel leur avait porté une magnifique omelette norvégienne pour eux deux. Un dessert pour deux, comme la confirmation qu’à eux deux, ils ne faisaient qu’un. Rempart ultime contre toutes les turpitudes de la vie. Pierre après pierre, ils avaient bâtie une forteresse. A l’intérieur de ses murs, ils n’avaient laissé passer que l’amour. L’amour des leurs, l’amour des autres, l’amour de leurs animaux, l’amour de la nature. Et c’est un beau jour ensoleillé qui avait validé l’acquisition de leur nid.

 

Elle ouvre les yeux, le soleil est au zénith, elle a chaud, alors sans hésiter, elle replonge dans l’eau fraîche du lac, se laisse bercer par les vaguelettes que lui offre le vent mutin. Elle nage de long en large jusqu’à l’épuisement, heureuse tout simplement de communier ainsi avec la nature. Epuisée, elle retourne à son arbre et une nouvelle fois fait corps avec lui. Tandis qu’immobile, elle laisse ses pensées vagabonder hors de son corps, elle surprend le regard interrogateur du colibri.

 

« Alors ma belle, que fais-tu donc là, perdue au milieu de nul part ? As-tu trouvé ce que tu cherchais ? »

« Tu parles, c’est nouveau ça, non ? Qui a déjà vu un colibri parler ? Que fais-tu là, toi, si petit et délicat, posé sur cette branche. »

« Je veille au grain. »

« Tu veilles, mais sur quoi, veilles-tu ainsi ? »

« Je veille à la quiétude du monde. A l’équilibre du cœur, et à la richesse de l’instant présent. Et toi, as-tu trouvé ce que tu étais venue chercher ici ? »

« Je ne sais pas, mais j’y ai trouvé du réconfort, une certaine plénitude qui m’avait désertée depuis bien longtemps. J’ai aimé suivre ce papillon, et le voir ici entouré de ses congénères comme un message de paix sur le monde. Le jour où les hommes feront de même et tourneront ensemble pour une œuvre commune le monde ira bien mieux. 



20/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 133 autres membres