Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

L'atelier du 13/08/2014 par Daniel

 Kepler-16b

1)      RONDE DE MOTS

 

Le papillon qui agaçait depuis longtemps la pharmacienne, à cause de son eczéma, lui faisait même craindre la syphilis. Elle avait, la nuit dernière, trop copulé, c’est-à-dire à en trébucher contre le lit et péter. Quant à son compagnon, il se réveillait de son rêve où la neige noire brillait. Il fixa la cigale, à la fenêtre, qui se régalait d’avoir vu que les deux soleils s’étaient embrasés dans une étreinte peu ragoûtante.

 

Daniel Coppik 13/08/2014


 

 

2)      LA BELLE AU BOIS COUCHANT :

 

Il était une fois, dans un lointain château, une belle qui se languissait de trouver le Prince charmant qui partagerait son lit dont la largeur permettait toutes sortes d’ébats.

Hélas, il ne manquait pas de courtisanes, rendues jalouses par les dimensions réduites de leurs lits, qui auraient bien voulu prendre sa place.

La sorcière du coin, présidente du syndicat des magiciens, devins, jeteurs de sorts, pratiquait des tarifs prohibitifs. Que faire alors ?

Ces demoiselles créèrent leur propre association dans le double but de torpiller le syndicat et de se glisser dans ce lit tant convoité, par toutes sortes d’artifices. Aidées de leurs amies, bien rémunérées et à qui on avait promis un bon pourcentage si, elles conjuguaient leurs efforts pour aider la princesse à trouver l’élu de son cœur, elles parcoururent le pays en essayant par tous les moyens d’attirer de jeunes seigneurs. Les invitations pleuvaient. Les Princes rejetés, pour toutes sortes de raison que l’histoire ne dit pas, finissaient par se perdre dans des marécages, fourrés, tanières de sorcières, aux nez bien pourvus de verrues, qui les faisaient reculer d’horreur et les dégoûtaient à tout jamais des femmes.

Donc, une fois les moins attrayants disparus sans laisser de traces, les courtisanes, d’accord jusque-là, passèrent au stade plus délicat : trouver l’élu, lui présenter la princesse qui se morfondait dans son lit trop grand, et surtout s’entendre sur la suppléante, celle qui devait décrocher le gros lot.

C’est là que les choses se gâtèrent, mais par un procédé d’éliminations, pour lesquelles ces demoiselles n’avaient pas de secret, après avoir excité et essayé les élus à tour de rôle, elles finirent, après de nombreux propos aigres-doux, à se mettre d’accord sur un seul candidat.

Les quelques malchanceux d’abord pressentis se consolèrent vite et finirent par trouver leur compte. Une bonne tienne vaut mieux que deux tu l’auras. Il ne restait plus en course que deux courtisans. Le dernier problème épineux restait le final.

Comment introduire, sans y paraître, le prince étincelant appelé de tous ses vœux ?

La sorcière, il fallut bien en passer par là, leur procura une légère potion pour calmer les ardeurs respectives de la belle et du prince. Après, on verra. Le beau jeune homme fut guidé vers le lit nuptial au milieu d’une nuit sans lune. Enfin, l’heure tant attendue sonna. La déception fut grande de part et d’autre.

 

-         C’est ça ma quête, s’écria la belle. Ce n’est même pas une quéquette. Qu’est-ce que vous m’avez apporté là !

 

Confus, le prince disparut à tout jamais. Et les trois jeunes filles, enchantées de se retrouver à l’aise dans ce grand lit, vécurent longtemps sans avoir d’enfant…

 

Daniel Coppik 13/08/2014

 


Click to View Larger

 

3)      Poème en Haine

 

La haine traine son masque de hibou

Hideux et horrible sur le cou

De l’autre qui ne s’en doute pas

L’ami revient sur ses pas

 

Et sur l’hypocrite luit le doux

Sourire de ses yeux sympas

Hyper rusé et plein d’envie

Tu caches ton courroux

 

Sous le déguisement de faux-ami

Tu hurles à tout ce qui vit

Tu meurs de penser aux fous

Regards d’un monde en harmonie

 

Daniel Coppik 13/08/2014


Paysage  

 

4)      Poème en bleu

 

Moana au regard marron

Reflétée dans l’eau du lagon

Tu mens ton nom heureux

Car Moana signifie bleu

 

Dans le ciel azuré

D’un bleu immaculé

Passe-vite, nuage

Ne fais pas ombrage

 

Ne confonds pas le bleu français

Tellement riche et positif

Avec ton rival négatif

Qui est devenu anglais.

 

Daniel Coppik 13/08/2014

 



14/08/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 165 autres membres