Les mots de Montpellier

Les mots de Montpellier

Les auteurs de 2013 à 2020


Atelier 8 - 2020 - Sujets 3, 4 et 5

Sujet N°3 : Tautogramme en V

 a8s4.png

 

Vacances virtuelles

 

x Valises vestimentaires vérifiées

x Vaisseau voituriel voltici-voltela verrouillé

x Visa de va-et-vient en vitesse variable, validé

x Vivres végétaux, viandes et viennoiseries variés, vus

 

Visière vissée sur leurs visages en vraies vedettes veinardes, Viviane et Victor voguent vers leur villégiature virtuelle en village de vacances. Ils visionnent le violoniste virtuose en visio-conférence. Vaillamment, ils vainquent le volcan verglacé vertigineux, puis ils vagabondent sur les vestiges de villages vénérables. Vient la visite de leur voisin valétudinaire verdâtre  : vite ! Un verre de verveine vanillée vitaminée  !

Vive les voluptueuses vacances virtuelles  !

  

© Ouvrez les Guillemets - 17/05/2020

jacaranda.png

 

Sujet N°4 : Ronde de mots

 

Nouvelle vie

 

Agathe et Louise, deux sœurs jumelles à la carrière professionnelle prometteuse, décidèrent un jour de quitter leur métropole polluée et grise pour une île de l’océan Pacifique. Leur rêve ? Réhabiliter un complexe hôtelier afin d’y accueillir des adolescents marginaux, blessés par la vie et par leurs semblables. Parfois même des plus grands qu’eux. Elles voulaient les voir éprouver de nouveau la sensation d’eux-mêmes et de leur propre existence. Les inviter à fixer la ligne d’horizon et à rêver leur destin. Et puis surtout… surtout, leur dire d’oser se regarder enfin dans un miroir, sans trembler. Enfin… pas trop. Se réconcilier avec leur image, apprivoiser les marques de la rudesse du temps, et laisser la vie faire son travail.

 

Quand elles furent sur place, il fallut constituer des dossiers, les renvoyer aux administrations concernées. Puis rencontrer des décideurs en costume-cravate et aux mines renfrognées ou blasées. Bien obligées ! C’étaient eux qui avaient le pouvoir de l’argent. Elles en auraient presque perdu le sommeil tant ces personnages revenus de tout semblaient ne pas vouloir croire à la puissance du dépaysement géographique et de l’accompagnement bienveillant pour réapprendre à s’accepter. Ils témoignaient à leur endroit comme d’une sorte de dédain qui, finalement, agit comme un électrochoc, et leur donna un second souffle. Elles parlèrent chiffres, taux de rentabilité, amortissements, immobilisations, retour sur image, valorisation des investissements consentis. Elles construisaient pierre après pierre la maison de leurs rêves en parlant le même langage qu’eux.

 

Le résultat ne se fit pas attendre et le budget alloué fut même supérieur à leur demande initiale. L’espoir prenait des couleurs arc-en-ciel, leur énergie décupla et les travaux de réhabilitation de la bâtisse commencèrent. De fil en aiguille, le message se répandit dans l’île que deux sœurs au caractère bien trempé et au cœur gros comme ça avaient réussi à faire plier les roseaux de la bureaucratie, et de l’aide afflua de toute part. Comme un appel que le vent aurait relayé dans les branches des Araucarias ou des Jacarandas, aussitôt transmis par les Gallicolombes des Marquises, sur le voile des nuages ou les rayons du soleil protecteur. Quelques mois plus tard, le centre ouvrit ses portes sur un nouveau lendemain.

 

© Ouvrez les Guillemets - 17/05/2020

a8s4.jpg

 

 

thumbs_felicia_simion_07.jpg

Illustration : Félicia Simon

 

Sujet N°5 - Ecrire un texte à partir de la chanson Maumariée - Serge Reggiani

 

Magnifique dans sa robe irisée d’un avenir de dentelle

Alicia rêvait de jours poudrés d’un avenir infini et sensuel

Unir sa vie, son cœur et son âme à bien plus âgé qu’elle

Méritait mieux que signes de croix déviés et pluies de fiel.

Alors qu’en catimini, son malheur s’installait, paradis artificiel,

Rien ne pouvait tant marquer sa peau que coups et mots torrentiels

Inutiles, ravageurs, impitoyables, mutilant la belle naïve d’aquarelle

Exhorter, prier, souffrir les relents de jalousie et haine pestilentiels

Elle ne sut trouver son salut que dans un ultime plongeon… mortel.

 

© Ouvrez les Guillemets - 17/05/2020

 

 


21/05/2020
3 Poster un commentaire

Atelier 8 - 2020 - sujet 1b

a8s1b.jpg

Ô Mal ! Ô Grand désespoir !

Comment cesser cette chaîne sans fin ?

Ce sablier qui file entre nos mains !

On court après le temps, c’est dérisoire !

On oublie l’essentiel : CARPE DIEM….

 

On grandit avec son insouciance

On se projette au lendemain

On prend du recul, quand on y pense

« Haut comme trois pommes, on était bien ! »

 a8s1b2.jpg

 C’est aussi un signe de sagesse

L’horloge tourne, qu’importe qui est-ce ?

Ce n’est pas une fatalité !

Prends-le comme une banalité !

L’aiguille au poignet, elle court

Saches qu’après toi, elle court toujours !

 

Sol35


29/12/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 17 - 2020 - sujets 2 - 3 - 4

 

 

2ème sujet.

Le Père Noël termine 2020 en étant fortement agacé. Les préparatifs des fêtes n'ont pu se faire dans une rigueur rimant d'ordinaire avec bonheur, car tout un chacun fut confiné dans son habitat. Tous les êtres humains du monde connurent un 2020 les ayant bouleversés. Alors qu'espérer de 2021 ? Juste un changement avec la fin des perturbations sanitaires.


Cette brève missive qui n'en était pas moins chargée en informations, n'était pas sans donner espoirs à tous ses lecteurs d'une avancée vers une fraternelle remise en santé. Penser à sa famille et ses amis, voire à les voir en tenant ses distances, ne manquait pas de sentiments et d'égaler la valeur de tous les bijoux du monde. Ne restait au Père Noël qu'à faire pantomime de sa générosité, le fait étant qu'il n'était pas aisé de châtier son langage tout en supportant barbe et masque.
noel.gif


3ème sujet.


Anaphore "Si je pouvais"


Si je pouvais changer deux-mille-vingt, je mettrais un peu plus d'eau dans mon vin
Si je pouvais changer deux-mille-vingt, je garderais seulement les moments les plus divins
Si je pouvais changer deux-mille-vingt, je n'aurais eu mélancolie du ravin
Si je pouvais changer deux-mille-vingt, je n'oublierais pas de te dire : viens, je t'étreins

4ème sujet.

Epiphore "J'aimerais"


L'extermination de la Covid, j'aimerais.
L'anéantissement du ressenti parfois du vide, j'aimerais.
Être comme avant, si intrépide, j'aimerais.
De connaissances être toujours avide, j'aimerais.
Aussi écrire, à succès ou à en faire un bide, j'aimerais.

 

5ème sujet

8.jpg

 

Tu sais, même si le temps se grise ; de la vie tu peux te griser. Te griser de différentes manières, et pourquoi pas de projections.

N'oublie pas le vif caméléon qui se camoufle, et décide de tracer ta vie dans cet optique : si tu possèdes en toi les couleurs, projette les dans tout l'air environnant, et que la pluie les délave ou non ; au final une accumulation de couleurs vaut mieux qu'un gris tu l'auras.

Après la pluie vient le beau temps, et tu sauras que tu y as contribué. Ne pleure pas à la prochaine pluie, le mécanisme reste le même.

Projette, projette ce que tu aimes, projette du bonheur, projette du succès et c'est en fait, une pluie d'étincelles qui t'étreindra.


Marion EIDARP


29/12/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 16 - 2020 - sujets 2 et 3

Sujet 2

Ne savons-nous pas que la beauté est subjective ?

a16.jpg

L'on parle couramment de l'expression "voir la vie en rose". Rose ou turquoise, dans ses nuances, qu'importe ; avec cet espoir en ligne de mire tout nous parait alors plus beau. Mais la régularité d'un visage par exemple, lisse tel un coquetier, est-elle indispensable pour définir un agréable visu ?

 

Non, pensait Bastien quand, dans son atelier, il s'affairait à ses travaux de restauration de tableaux où, de chaleureux corps étaient bien abîmés par le temps. Voire, à certains moments, comme découpés du réel et de la luisance.

 

Le traitement de ces œuvres était la clef pour honorer les muses, régulières en beauté ou non. Et dès que s'achevaient toutes ses restaurations, il manquait à Bastien de la matière et il finissait par aller chiner une nouvelle inspiration en brocante.

 

Sujet 3

a16.3.jpg

Des dindons dinant, dis donc ! Drôle de définition dans dictionnaire. D'où désir de dessin descriptif. Définir dindons dodus.

 

 

Marion Eidarp


27/12/2020
2 Poster un commentaire

Atelier 15 - 2020 - sujet 2

 

SOUVENIR

 

C'était il y a une cinquantaine d'années environ. J'avais débuté des études d'infirmière, non par vocation (mais influencée par un professeur qui nous enseignait le secrétariat médico-social), avec l'ignorance du métier et mue par un certain désir de soulager la souffrance humaine.

 a15s2.jpg

Mon premier stage en gériatrie était l'un des plus difficiles pour une débutante dans un hôpital du Nord de la France, avec des personnes grabataires en fin de vie, présentant des plaies, escarres, dues à leur position allongée en continu.

 

J'apprenais les soins peu ragoutants à prodiguer à des gens enfermés dans un halo de dénuement des plus fragiles, quand un professeur passant dans le service me regardant faire avec attention me dit "ce n'est pas facile dites moi !" (je garde encore en mémoire ces propos): j'avais juste l'envie de filer!!!

 

Ces «peaux» qui avaient sans doute connu la caresse et le baiser pensais-je. Certes ce docteur n'éprouvait pas de jalousie à mon égard de ne pas devoir effectuer les gestes là.... Dans son regard se lisait même de la reconnaissance. Ce genre d'étincelle avait eu le don de m'envoûter et me persuader d'avoir bien choisi ma voie.... Les hasards de la vie ont fait que j'ai dû abandonner ma profession, mais je garde ce souvenir avec amertume.

Brigitte


22/11/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 16 - 2020 - sujet 4 image 3

3.png

 

La maladie d'amour

 

Les amants anonymes

Se protègent tous deux masqués

Leurs voiles couvrent leurs mines

Pourquoi veulent ils se cacher ?

En fait ils se protègent

Du COVID ils se méfient

Jamais leurs langues se mêlent

L'amour est un vrai défi !

On lutte pour la liberté

Certains peuvent aller bosser

Le masque bien attaché

Mais les autres, confinés !

La pauvreté s'amplifient,

Les riches capitalisent,

Dans la rue résonnent les cris,

De la foule qui agonise.

 

Arletta


04/11/2020
3 Poster un commentaire

Atelier 14 - 2020 - sujet 2

Depuis trop longtemps, il les mettait dans une situation compliquée.

Cinq ans déjà que ses infidélités répétées, ses déboires sentimentaux, ses frasques cachées avaient altéré leur complicité et abîmé la confiance qu'elle lui portait.

Insidieusement, il avait laissé sa frustration de mâle quarantenaire en mal d'une vie légère franchir le seuil de leur maison et son insatisfaction chronique éclabousser leur gai bonheur de vie de famille nombreuse.

 

Elle et lui avaient tout tenté, même fait un placement immobilier, qui la sécurisait et qui était un refuge pour la progéniture déboussolée qu'elle tentait de protéger.

 

Mais, leurs différents avaient dissous chaque tentative de retour au temps passé, au temps où, insouciante et naïve, elle pensait vivre le bonheur simple d'une famille aisée.

vert émeraude.JPG
 

Ils avaient tenté de consulter un psychologue de couple. Mais le dialogue n'avait pu s'installer. Alors qu'elle lui reprochait maîtresses et chaudes escapades, il rétorquait que le ménage de la maison n'était pas assez bien fait !

Car oui, depuis qu'elle avait appris que son mari était un insatiable volage, écrivant par là-même la préface de leur douloureuse séparation, il s'était réfugié dans cette unique plainte, l'entretien de la maison. Ces échanges mensongers l'avaient blessée, comme des épées qui la transperçaient.

Elle savait que la propreté de la maison n'était qu'une inconsciente ruse, un moyen de partager cette faute trop lourde pour lui être exclusivement imputée. Ainsi, il n'était plus l'unique responsable de leur destruction programmée.

Elle savait surtout que son involontaire aveuglement à se focaliser sur ce fallacieux problème les empêchait de parler de ce qui consumait leur couple.

 

Elle, souveraine sur la maison et l'éducation de leurs enfants, avait durement lutté pour sauver ce mariage, si précieux à ses yeux. Elle avait crié, pleuré, menacé, pardonné, séduit à nouveau, surveillé, aimé encore, jalousé mais jamais, elle n'avait accepté. Car c'est ce qu'il voulait pour eux deux, lui, libre, libertin, désagréable à souhait et elle parfaite femme au foyer soumise et résignée.

 

Insensiblement, elle comprit que son combat était vain, que sa lutte se solderait irrémédiablement par leur rupture car contraindre son mari à la fidélité était contre-nature. Bien évidemment, elle ne pouvait pas le changer !

Ne lui disait-il pas que le mariage était une des plus grande escroquerie de l'histoire ? Qu'un «bon avocat» arriverait sans doute à faire disparaître cette institution millénaire en pointant ses clauses scandaleusement abusives?

 

Naïvement, elle avait pensé que peut-être, toutes ces difficultés étaient la conséquence du trèfle à quatre feuilles qu'elle s'était permis de jeter une fois fané. Méritait elle d'être si fortement condamnée pour son incrédulité face à cette superstition surannée?

 

Quoi qu'il en soit, un jour vint où elle prit cette décision forcée.

Un jour vint, à la faveur d'une nouvelle imposture, où sa colère fut si grande qu'elle partit déposer une demande de divorce auprès d'un avocat spécialisé.

Elle avait décidé de ne plus être une femme trompée. Elle avait décidé de ne plus avoir peur de sa situation de femme au foyer. Elle avait décidé de ne plus l'entendre dire qu'il ne l'avait jamais aimé.

 

Aujourd'hui?

Lui, seul, de temps en temps avec son amie, sa régulière comme il dit, entre deux périodes où celle-ci ne rompt pas avec lui.

Elle, seule, les enfants partis, triste de ces trente ans finis, tentant de reconstruire sa vie, dans l'espoir d'une nouvelle liberté chérie.

 

Myrtille

 

 


22/10/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 14 - 2020 - 4ème sujet

L.png

 

Les longs lacets lorgnent l'astragale  lézardée lourdement.

Brigitte

 


12/10/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 12 - 2020 - sujet 4

 

L’homme du café

 

Je me rends dans un café après une balade dans la forêt. Je suis nouvelle, personne ne me connaît et inversement.

 

Un homme d’un certain âge vient vers moi, me sourit. On commence à discuter de tout et de rien, on se rend compte qu’on a beaucoup de points en commun, il aime la musique, l’écriture, ce sont les deux piliers de ma vie. Je ne peux pas vivre sans.

 

Puis il veut me raconter une histoire qui lui tient particulièrement à cœur, accordant beaucoup d’importance à la psychologie, et à l’expression de l’autre, j’accepte volontiers. Il faut dire, aussi, que j’adore écouter les histoires des autres.

 

« J’avais environ la cinquantaine, j’étais en voyage avec ma femme au pôle nord, nous adorions aller là où il fait froid.

Nous arrivions à notre igloo, déposions et rangions les affaires puis on visitait un peu les environs et nous croisions des personnes que nous voyions chaque année.

 

  • Alors Fred, comment tu vas depuis tout ce temps ? Ça fait plaisir de vous voir ici ! Et vous, Véronica ?
  • Oh, salut Martin, ça va super et toi ? C’est sûr, nous ne venons qu’annuellement, mais c’est toujours un vrai plaisir de venir ici, vous êtes tous si chaleureux ! Faut dire qu’avec l’entreprise que je gère et Véronica qui est très demandée dans son métier d’avocate, on ne prend pas beaucoup de vacances à l’étranger.
  • Et toi Martin, comment tu vas ? Tu t’en sors avec ton bateau ? Toujours célibataire ?
  • Moi ça va, merci, heureusement que les restaurants veulent encore de mes poissons parce-que les personnes d’ici, n’ont plus trop l’habitude d’aller chez nous directement. Depuis l’histoire de l’année dernière avec les pêcheurs qui importaient le poisson plutôt que de le pêcher eux même, les habitants sont devenus méfiants.
  • Ah oui, et je tiens à rester célibataire ! Je fais ce que je veux et quand je veux, pas d’engueulade pour des broutilles, le bonheur quoi !
  • Allez, je vais aller en mer maintenant, à bientôt !

 

Fred et Véronica, n’avaient même pas eu le temps de lui dire au revoir qu’il était déjà reparti sur son bateau. 

 

Il m’expliqua qu’ils avaient l’habitude pendant leurs vacances d’aller à droite, à gauche, chacun de leur côté de façon à avoir des aventures à se raconter lors des repas et de la soirée.

 

Fred avait une passion pour la photo. Il aimait faire des photos de personnes, mais le plus souvent elles étaient tournées vers la nature (animaux, cascades, lacs).

Il était plutôt réservé et avait du mal à s’exprimer, il avait trouvé cette solution d’expression (entre autres), raison pour laquelle ses clichés pouvaient être sombres.

 

Quant à Véronica, elle aimait beaucoup faire de nouvelles connaissances, parler avec les personnes et les aider si elle le pouvait, car elle détestait voir des personnes souffrir et avait le don pour inspirer confiance et réussir à dire les choses franchement tout en y mettant les formes.

Elle avait ce pouvoir d’être capable d’écouter les gens, de les aider, mais sans absorber leur douleur. Elle savait trouver des solutions sans prendre les soucis des autres trop à cœur et sans laisser son cerveau y penser de façon trop présente.

 

Fred avait une autre passion qui était l’écriture, ou plutôt une sorte de thérapie. Cela lui faisait beaucoup de bien d’écrire, de mettre des mots sur ses maux.

Il le faisait très souvent avec des musiques dont le type variait en fonction de son humeur.

Dans ces moments-là, Véronica, savait qu’il ne fallait pas qu’elle le dérange, car c’était pour lui une façon de se retrouver avec lui-même et une interruption pouvait lui faire perdre le fil.

 

Ce n’était pas un couple qui parlait beaucoup, il n’était d’ailleurs pas rare que chacun soit dans la même pièce mais qu’on entende le « tic-tac » de la pendule. Véronica appréciait ces moments de calme même si parfois elle trouvait l’ambiance « trop calme. » Néanmoins, elle savait que c’était important pour Fred donc quand elle en avait assez, elle allait chez un voisin ou chez une copine.

 

Un jour, Martin se promenait sur un fleuve gelé et voulait casser la glace pour trouver des poissons rares qui vivaient en dessous, mais tout à coup, l’eau coula à nouveau et la glace fit des petits blocs. Fred le prit en photo voulant montrer la fonte et la renaissance de l’eau sous sa forme liquide. Il se dépêcha d’essayer de le secourir en voulant le rejoindre en se mettant sur un bloc de glace. En vain, il remarqua vite que son ami avançait de plus en plus vite, il comprit que le courant était plus fort là où il était. Il eut juste le temps de retrouver le sol (avant d’arriver au même point que son ami) qui malheureusement fut emporté par l’eau et noyé. On retrouva son corps 500 mètres plus loin.

 

Le soir, Véronica remarqua que Fred n’était pas bien et lui demanda ce qui n’allait pas, mais il n’arrivait pas à parler car il était choqué. Il ne parla pas pendant plusieurs jours.

 

Véronica avait organisé leur retour chez eux, Fred développa la photo de son ami quelques minutes avant sa disparition, la montra à sa femme et lui dit :

c12e.jpg
 

‘’Tu vois, cette photo, je l’ai prise quelques minutes à peine avant que Martin disparaisse’’ et il lui expliqua qu’il avait essayé de le secourir en vain. Ses larmes se déversèrent sur ses joues. Sa femme essaya de le consoler, mais c’était très dur, il en souffrait beaucoup et aujourd’hui encore.

 

Je pleurais aussi en écoutant cette histoire, car elle me touchait beaucoup. Il me demanda si je voulais voir la photo, j’acceptai en hochant la tête, c’était celle-ci :

 

 

 

 

Il me dit qu’il gardait toujours cette photo sur lui, mais que malheureusement, sa femme l’avait quitté car il n’arrivait pas à s’en remettre et ça la peinait de trop.

 

Je le remerciais de sa confiance envers moi, le pris dans mes bras. Je remarquais vite, que cela nous faisait du bien à tous les deux, on se sentait en sécurité et la tendresse physique nous manquait suite à notre vécu.

 

Je le vois très souvent, souvent on ne parle pas beaucoup, mais on se comprend et jamais (j’espère) on ne se perdra de vue, on ne se fâche jamais (quand on a mal pris quelque chose, on se l’écrit et on s’explique, cela évite beaucoup de « colère inutile »), et on communique aussi beaucoup par lettres, il est plus à l’aise de cette façon et moi aussi, on n’est pas confronté au stress que l’on peut avoir quand on est face à quelqu’un et cela évite de créer des quiproquos puisque l’on a le temps de formuler nos phrases sans nous dire qu’il faut qu’on réponde dans la minute.

 

 

Cocoon


01/10/2020
2 Poster un commentaire

Atelier 14 - 2020 - Sujet 3

Une odeur de bonheur.

a14s3.png

En arrivant à l’appartement, je découvre une scène inhabituelle, mais particulière à l’automne. La cuisine s’affole dans un remue-ménage un peu bizarre. Sur le poêle, un grand chaudron joue les percussions d’une cuisson exaltante, tandis qu’un bouquet de saveurs chatouille mon odorat jusqu’à me faire avouer ma jouissance olfactive. Ça sent la confiture. Je ne connaissais pas ce talent de marmiton chez mon père. Comme un vrai chef, coiffé d’une toque et cuillère de bois à la main, il brasse vigoureusement son mélange pour lui donner une odeur de bonheur.

 

 « Tu veux goûter, ma fille? » me propose-t-il de bon cœur. Pour lui faire plaisir, je m’avance le bec vers l’ustensile enrobé de cette bouillie fumante qu’il souffle au-dessus d’une soucoupe pour la faire refroidir avant d’y goûter. J’hésite, car je n’aime pas particulièrement la citrouille. Mais comment refuser son offre?

« Hum! C’est délicieux! » m’écriai-je, le plus sincèrement possible, tout en tournant ma tête vers le mur pour cacher ma grimace. Que voulez-vous, moi je n’aime pas la citrouille.

a14s3b.jpg

Personnellement, cette volumineuse courge orange représentait l’occasion de sculpter dans sa pelure une figure affreusement gâchée, et de brûler dans son centre une chandelle en cire puante afin de l’exposer en vitrine ou en bordure du balcon, pour la fête d’Halloween. Voilà tout! Ce geste remonte loin dans mon enfance. Il y a des siècles que j’ai perdu le goût de sculpter la citrouille. De toute manière l’unique potiron sacrifié ne permettait aucun rachat. Et moi, j’aime la perfection.

 

Avec le temps et les tracas de la vie, j’ai appris que même si nous dédaignons certaines choses, même si nous vivons des circonstances nuisibles, par elles, nous développons en nous de nouvelles forces. De chaque événement bon ou mauvais, nous tirons une leçon de vie. À nous de nous adapter aux imprévus et mesurer nos capacités à surmonter ou à gaspiller nos énergies quand nous n’avons pas le choix de les affronter. Lors d'un duel, il y a toujours un gagnant. Et c’est celui qui reste en vie qui donne à l'existence une odeur de bonheur.

 

Enial


01/10/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 12 - 2020 - 3ème sujet

Incipit :

a12s4.jpg

Cela faisait longtemps que je n'étais pas revenue au village. Et comme chaque fois, les premiers instants dans ce lieu me nouaient l'estomac.

 

Laurence


01/10/2020
2 Poster un commentaire

Atelier 14 - 2020 - sujet 1

 a14s1b.png

Dans un monde intermédiaire, où tout avait été englouti, ne restaient que les océans et les mers qui, malheureusement, charriaient dans leur panse des vestiges de ferrailles. Certes, ces débris n'étaient pas là de se disloquer et, malgré la profondeur des fonds, il n'y avait plus beaucoup de place pour la faune marine qui en avait cependant pris son parti.

 

Ainsi, quelque part dans le Pacifique, dans les écosystèmes coralliens, une rescapée, mi-napée, mi sirène, veillait dans cet encombrement et fatras, à ce que tout ne déborde pas : le temps et l'érosion auraient raison un jour de ce phénomène, mais si l'on en croyait la lenteur de la décrépitude d'un certain   

« Titanic », il y avait du souci à se faire...

 

Cette jolie naïade frêle, qui à la pesée, ne devait pas dépasser la charge d'un petit dauphin, vêtue d'un spencer argenté assorti à l'environnement brillant de ses semblables, s'interrogeait, inquiète.

 

On en était probablement à l'extinction de toutes les races de l'espèce humaine, après... quelques sportifs, champions en apnée pouvaient espérer s'en sortir...

 

Tout à coup, on vit arriver des tractopelles amphibies dans l'espace de la petite nymphe, lents comme des ânes bâtés.

 

Il y avait encore alors des gens « là-haut » se disait-elle. On voyait à la surface miroitante de l'eau, la lumière qui remuait des scaphandriers brandissant des harpons peut être utilisables comme des épées.

 

Ils n'étaient pas en terrain inconnu et filmaient la scène. Une pieuvre qui passait par là lâcha une encre faisant comme un écran de fumée éparse. Cernés qu'ils étaient les envahisseurs. C'était la rébellion chez les poissons, mais peut-être que ceux-ci pouvaient les aider dans leur malheur.

 

La jeune fille, belle comme un chat persan, qui avait du cran, prit les rênes de la situation et décida alors de faire bon ménage avec tout ce beau monde dans son arène ou fut servi un repas de fête fait de crêpes et de crevettes, comme dans un parc, sûr que la discussion allait battre son plein, sûrement des décennies...

 

Brigitte


25/09/2020
1 Poster un commentaire

Atelier 13 - 2020 - sujet 5

 

J’avance, seul face à l’inconnu, sans peur, mais plein de remords. En effet, j’étais contre l’idée que le premier pas était le plus difficile, cependant le plus compliqué pour moi, c’est d’arriver au milieu de mon chemin. Au milieu de la mer, tu ne vois ni la plage,  ni la terre. Tu réfléchis par toi-même.
Est ce la bonne décision ?
 a13.jpg
Je me trouve plein de remords de quitter mon amour, après un si long temps de souffrance, de  solitude. J'avais trouvé mon âme sœur.. celle qui m’avait sorti de périodes sombres  et de dépression, elle était  le soin apporté à toutes mes douleurs. 
 
Je me souviens bien du premier jour de notre rencontre à coté de la vallée. Elle était si jolie avec son corps mince, assise sur le dos de son âne. Elle venait pour remplir l’eau, car à l’époque, il n'y avait pas d’eau  dans les maisons. J'avais décidé de l’aider, elle m'avait regardé avec ses yeux noirs et tristes, puis m'avait souri de ses lèvres rouges  et m’avait dit « merci »  de sa douce voix. Sa beauté m'avait figé sur place.
 
Toute la nuit, j'avais réfléchis aux causes de sa tristesse. Je décidai alors de l’attendre  au même endroit. Au matin le ciel était clair, l’ambiance propice à une belle rencontre romantique. Je l’ai  aidée  et je lui ai demandé s'il était possible de l’accompagner. Elle avait accepté et ses joues étaient devenues toutes rouges. J'ai vu sa timidité. Elle s’appellait Salma, après la mort de sa mère, son père s'était remarié. C'est alors que sa vie s'était transformée en enfer.
 
 
La nouvelle femme de son père l’avait sortie de l’école, elle était dure avec elle. Elle l’avait chargée de tous les travaux du ménage dans et hors de la maison. Le nettoyage des vêtements, mais aussi la cuisine, la lessive, la recherche d’eau puis quand elle terminait les travaux ménagers, elle devait aller à la grange pour la nettoyer. Ensuite, elle se rendait aux pâturages pour faire paître les moutons. En l’absence du père, ou plutôt, comme je l’ai compris plus tard, même en sa présence. Il ne faisait rien.
 
Elle sentait que je l’écoutais attentivement, elle avait besoin de parler, de raconter sa tristesse et ses douleurs, je me suis demandé : comment pourrais-je l’aider ?
 
Je l’ai rassurée, lui ai dit que je serais avec elle et que je ne la laisserais jamais seule. J’étais d’accord avec elle pour que je nettoie la grange et j’allais avec elle au pâturage.
Jour après jour, elle s'était attachée à moi. Elle sentait en moi le soin et la tendresse du père, ce qui lui manquait cruellement. Moi aussi, je l’aimais très fort. J'aimais sa pureté et son innocence. Le pâturage était devenu le lieu où nous nous rencontrions chaque jour.
 
Un jour, alors que nous étions aux pâturages, je lui ai fait la surprise en lui disant que j’avais parlé avec ma mère de notre relation et je lui ai demandé de rentrer chez elle avec sa famille pour mettre au point notre mariage.
 
Salma n’a pas cru ce qu’elle a entendu, elle était  pleine de joie et de bonheur. En effet ma mère visitait sa famille  pour demander la main de Salma, malheureusement son père m'a catégoriquement rejeté en disant que je n’avais pas un emploi stable. Je lui ai expliqué que sa fille serait heureuse avec moi, mais il a refusé.
 
Je suis devenu très triste et j'ai décidé de quitter mon village laissant tout derrière moi….
 
Faouzia

25/09/2020
2 Poster un commentaire

Atelier 14 - 2020 - sujet 4

a14s4.jpg

La lumière lunaire luit.

Larmoyants, les loups luttent. Leur labeur les laisse las.

Les loirs sont loin. Les loups luttent lamentablement en vain.

Sous la lune luisante, les loups lapent les lichettes de lustre de leurs larmes.

Les loups laissent les lièvres. Ils sont trop las.

La lune s’éteint. Les loups sont loin.

 

Vava

 


23/09/2020
5 Poster un commentaire

Atelier 14 - 2020 - sujet 1

 

ATELIER N° 14 : SEPTEMBRE 2020

 

Sujet N°1

 

Emporte-moi. Je ne cesse d’implorer le vent depuis ma fenêtre pour qu’il me conduise vers d’autres horizons.

Songes. Mon esprit s’évade dans de lointaines pensées. Je veux m’évader. Loin de la foule, loin de ce monde en perdition dans lequel je ne me sens pas à ma place.

Pourtant j’ai tenté de renoncer à ces rêves d’évasion. Mais rien n’y fait, ma place est dans les airs.

Est-il possible d’espérer encore une métamorphose pour moi ? Une forme qui siéra davantage à ma nature légère et rêveuse ?

Riez si cela vous amuse. Je sais profondément que je suis faite pour explorer les contrées immenses que nous offre le ciel et ses remparts blancs.

Aigle royal ou cygne blanc glissant dans les airs. Je me laisse tomber pour sentir la brise caresser mes plumes. Le silence réconforte mon âme.

Nulle ne saura ébranler mes rêves. Je peux m’envoler au-delà des nuages. Les mots seront mes ailes et le papier sera mon horizon.

Complices de toujours, mes livres me soutiennent.

Emportez-moi loin de ce monde ravagé. Laissez-moi en faire naître un qui ne souffrira jamais.

 a14s1.jpg

 

 

Vava

 

 

Traduction : 
quand il pleut, la plupart des oiseaux se dirigent vers un abri, l'aigle est le seul oiseau qui, pour éviter la pluie, se met à voler au-dessus des nuages.


21/09/2020
7 Poster un commentaire